Il y aura bientôt plus d’objets connectés sur terre que d’êtres humains. Plus de 3,3 milliards seront déployés en 2018 dans les smart cities d’après une étude Gartner. Cette croissance exponentielle nécessite des solutions fiables pour les échanges de données et d’argent, une solution qui pourrait venir de la Blockchain.

Près de la moitié des objets connectés de la planète rendent les villes intelligentes. Les smart cities se construisent et vont grandir encore, notamment grâce à l’explosion des technologies pour la maison. Cette évolution entraine de nouveaux besoins technologiques pour gérer les échanges entres les millions de capteurs qui nous entourent et la Blockchain apparaît aujourd’hui comme une solution technologique idéale. Elle a d’ailleurs atteint cette année le sommet du « Hype Cycle » de Gartner.

Les services financiers l’ont vite compris et expérimentent déjà cette technologie, les smart cities sont aussi un terrain propice au déploiement de la Blockchain.

Les échanges entre smart habitants

Les smart cities seront ainsi habités par des smart habitants, capable grâce à une infrastructure Blockchain d’échanger leur énergie entre eux. Ainsi, en Allemagne le fournisseur d’électricité RWE, qui s’est associé à Slock.it, propose de gérer et facturer la recharge des voitures électriques par Blockchain via les bornes publiques.

Le projet expérimental français Daisee, finaliste du challenge Hackaday Prize, propose également de redistribuer l’énergie inutilisée en l’absence d’un usager en développant un écosystème favorisant l’échange pair-à-pair d’énergie solaire. « Si votre voisin n’est pas chez lui entre midi et deux, vous pourrez profiter directement de l’énergie produite par ses panneaux solaires si vous en avez besoin à ce moment-là », explique Rieul Techer, un des créateurs de Daisee, issus de l’éco-lab La Paillasse Saône.

A l’instar des expérimentations dans les échanges de l’énergie solaire, la maintenance et la gestion des besoins en eau peut aussi passer par la Blockchain. Dans l’Yonne, Engie teste une infrastructure blockchain sur un réseau de compteurs d’eau connectés, qui permet de déclencher l’appel d’un dépanneur en cas de fuite, sans passer par un intermédiaire, grâce à des smart contracts. « La Blockchain peut permettre à un compteur de déclencher automatiquement une action si une anomalie est détectée », explique Raphaël Schoentgen, directeur de la recherche et technologie chez Engie, au site Industrie Techno. « Par exemple, avertir la personne concernée en cas de fuite d’eau. D’autre part, nous travaillons avec les collectivités pour leur permettre de comprendre ce qui se passe sur le réseau électrique comme repérer là où il y a un flux important d’électricité, pour augmenter la capacité de la ligne. La Blockchain permet d’enregistrer les informations pour que tout le monde y ait accès sans risques d’erreurs.»

Au-delà d’un mot à la mode en 2017, la Blockchain est un concept de technologie distribuée qui a le potentiel de changer les usages et les mentalités. Mais d’après l’équipe de Blockchain France, « Compte-tenu de la complexité du sujet, de la régulation et de la prégnance des acteurs traditionnels, il faudra probablement un certain temps avant que les projets actuels puissent se déployer à grande échelle ».

Sources : La Tribune, Industrie Techno, Les Echos, Objet Connecté, Frenchweb, Maddyness