L’amélioration du système de santé français passe aussi par le numérique, facteur clé pour 56% des français interrogés sur le sujet*. C’est dans ce but que 17 experts et acteurs de la santé ont rassemblé dans un livre blanc leurs pistes pour développer la santé connectée en France.

Télémédecine, consultation à distance, dossier médical partagé, objets connectés, l’e-santé avance en France. Les acteurs de la santé souhaitent accélérer la transformation numérique du secteur. Les experts ne sont d’ailleurs pas les seuls à vouloir accélérer la digitalisation de la santé, 91% des français interrogés par Harris Interactive* jugent par exemple que l’on pourrait «maintenir les personnes en situation de dépendance chez elles le plus longtemps possible, en développant les dispositifs d’accompagnement (aide à domicile, accompagnement médical) et que le numérique serait un levier pertinent pour cela».

Pourtant les français restent encore réticents sur certaines pratiques numériques liées à la santé et des freins restent à lever pour avancer. Les usagers doutent de la fiabilité des outils, ils ont une confiance limitée quant à l’utilisation des données et dans l’utilisation de l’outil dans le cadre médical.

Pour identifier les pistes de développement de la santé connectée en France, le Think Tank Renaissance Numérique a réuni 17 acteurs du monde de la santé qui ont formulé 36 propositions visant à coordonner et développer le secteur de la santé connectée dans l'Hexagone.

Voici les 6 pistes de réflexion qu’ils proposent pour développer l’e-santé en France en 2017 :

  • Centraliser les données de santé, en développant une plateforme de mise en commun des données de santé, avec une gouvernance multi-acteurs pour garantir la confidentialité de celles-ci, sans saper les opportunités que présentent ces informations pour le progrès de la médecine, la coopération des médecins, la diffusion du savoir et la prévention.
  • Simplifier les procédures pour rendre plus flexibles les modalités d’évaluation des dispositifs médicaux innovants, qui souffrent aujourd’hui d’une complexité administrative et organisationnelle fortes, et proposer des filières « accélérées » de mise sur le marché pour les solutions innovantes avec des modalités d’évaluation a posteriori, avec des études en vie réelle.
  • Évoluer vers un nouvel âge de la Démocratie sanitaire, en profitant de l’opportunité qu’offrent les outils numériques pour renforcer leur suivi par les professionnels de santé en dehors de l’hôpital, en démultipliant l’accès à l’éducation thérapeutique et en les associant aux décisions sur les parcours de soin.
  • Financer l’innovation, en cessant de voir la santé comme un coût, mais plutôt comme un gain économique pour le pays, par le déploiement d’un cadre de partenariats publics-privés adaptés au secteur, en libérant les capacités novatrices des hôpitaux et en sensibilisant les investisseurs privés aux opportunités de la filière e-santé.
  • Renforcer la confiance dans les dispositifs de santé connectée, par des dispositifs de soft law pour favoriser plus fortement l’innovation (actions par recommandations, modalités de labellisation, création d’un conseil mixte tripartite pour orienter le gouvernement sur l’innovation en santé… ).
  • Mettre en place, par des méthodes innovantes et efficaces, la formation des médecins sur les nouveaux dispositifs de santé connectée, pendant leurs études et tout au long de leur exercice. Car le sondage inédit Médiamétrie – Renaissance Numérique de ce document démontre bien que c’est la clé pour adopter plus largement des dispositifs de santé connectée qui accroitront la qualité de vie du patient et amélioreront suivi en-dehors de l’hôpital.

Lire le détail des 36 propositions

* Enquête Harris Interactive pour la Mutualité Française, réalisée en ligne du 30 janvier au 7 février 2017 sur un échantillon de 2000 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

Econocom présent sur le salon HIT 2017

Rendez-vous du 16 au 18 mai sur le stand D72 du salon professionnel de l’IT appliqué à la santé. Econocom y proposera une expérience autour du parcours patient pour faire toucher du doigt aux visiteurs ce que le digital apporte dans la relation patient/établissement.

 

 

Sources : La TribuneParis Health Care WeekRenaissance Numérique