Avez-vous déjà entendu parlé de la tierce maintenance ou de son acronyme anglais TPM (Third Party Maintenance) ? Il s’agit là de la délégation de l’entretien et de la réparation de votre parc informatique et de ses applications à une entreprise, autre que le constructeur initial (IBM, HP, DELL-EMC, NetApp, Cisco, …). Celle-ci s’assure en toutes circonstances de la continuité de votre système informatique. Il bénéficie des meilleures conditions d’entretien et ce, dans des délais fixes et strictes (SLA’s). Une réelle plus-value. L’économie réalisée sur les frais d’entretien via infogérance est en effet de l’ordre des 30 à 70%. Mais quand y faire appel ? Voici 5 signes qui ne trompent pas!

"Third Party Maintenance" - 5 signes qui ne trompent pas!

« Third Party Maintenance » – 5 signes qui ne trompent pas!

LA GARANTIE SUR VOTRE INFRASTRUCTURE TOUCHE A SA FIN

Les constructeurs proposent généralement 3 ans de garantie sur les serveurs, stockage et réseaux. Ensuite, libre à vous de la prolonger jusque 4 ou 5 ans. Chaque année contractuelle supplémentaire est par ailleurs majorée et ce, lourdement parfois. Mais il demeure bien sur moins onéreux de poursuivre l’entretien de votre parc que le renouveler. Dans la pratique l’on peut observer qu’au plus chère et critique s’avère être l’infrastructure, qu’ au plus l’organisation souhaitera l’entretenir plutôt que de la changer. Ceci est compréhensible car cela permet d’éviter les coûts cachés ou additionnels d’une migration par exemple. Le constructeur tentera probablement de vous convaincre de la remplacer dans sa totalité pour éviter de lourds frais d’entretien. Heureusement, opter pour l’infogérance vous offre une belle alternative.

VOUS PLANIFIEZ UN CHANGEMENT DANS L’ARCHITECTURE DE VOTRE INFRASTRUCTURE

Un changement de constructeur peut-être effrayant, surtout lorsqu’il s’agit de storage ou de réseaux. Cependant vous intégrez volontiers les nouvelles technologies comme les systèmes hyper convergents, les « software defined datacenters » et cloud privé. La mise à jour de l’ancienne infrastructure devient alors complexe. Les entreprises recherchent la flexibilité et ne veulent pas être tenues par un contrat de support d’1 an. Les partenaires “Third Party Maintenance” offrent des conventions mensuelles de collaboration. Votre infrastructure est ainsi couverte légalement et les risques en cas de migration sont limités.

UNE INFRASTRUCTURE MULTIMARQUE?

Plusieurs marques au sein de votre parc informatique impliquent tout autant de contrats de supports, SLA’s et points de contacts. De quoi faire régner la confusion au niveau des rôles et des responsabilités. Un “TPM” vous offre un contrat, une facture et un numéro de téléphone pour l’entièreté du set-up.

LE RENOUVELLEMENT DE VOTRE CONTRAT DE MAINTENANCE EST COMPLEXE

Si votre infrastructure dépend de plusieurs constructeurs et partenaires, la gestion de ses contrats de maintenance auprès de divers constructeurs et partenaires peut s’avérer pénible. Vous êtes de plus exposés à des frais supplémentaires si vous manquez une date limite. Une gestion administrative minutieuse est dans ce cas nécessaire et souvent complexe. Un « tierce » consolide le tout en une convention de collaboration flexible avec parfois même des packs de service prépayés fournis par le fournisseur.

LES PROBLEMES RENCONTRES VOUS EMPECHENT DE VOUS CONCENTRER SUR VOTRE COEUR DE METIER

Aujourd’hui, les systèmes renseignent sur l’imminence d’un incident. Les problèmes sont ainsi identifiés avant qu’ils n’impactent les utilisateurs : l’état de santé des serveurs est monitoré 24/7 des alertes sont générées, les incidents crées et dispatchés. La majorité des fournisseurs offrent ce type de service mais limitent leurs interventions à leurs propres systèmes. Un partenaire en infogérance apoorte un support proactif à tous les systèmes confondus. Quelle que soit la marque de ces derniers, un système commun de monitoring, une console et un processus de remontée des incidents sont fournis.

Plus de renseignements sur la maintenance de votre système informatique?