Nom de ville, d’entreprise, de produit pourront dès 2012 apparaître à la place du traditionnel « .com ». Une avancée marketing importante mais qui a un prix.

147 500 euros pour un nom de domaine « Top Level »
Il faudra donc bientôt compter sur des URL personnalisées type www.microsoft.microsoft ou www.london.london, limitées dans un premier temps aux « organisations publiques ou privées établies ».

Mais cet indéniable avantage marketing ne sera pas à la portée de toutes les bourses. Le prix fixé par l’ICANN, l’autorité de régulation de l’Internet, pour la création d’une extension est de 185 000 $ et les frais annuels de gestion de 25 000 $, soit environ 130 000 et 17 500 euros. Les organisations devront apporter la preuve de leur droit à utiliser les mots de l’adresse.

En bref : l’évolution des extensions
Créé en 1985, le « .com » est l’un des premiers domaines de premier niveau sans restriction. Il a pour vocation de désigner les entités commerciales.  Au « .net » pour les entreprises de télécommunication et « .org » pour les organismes à but non lucratif, c’est ajouté en 2001 le « .info » pour les services d’information.

Approuvés également depuis 1985, les domaines de premier niveau dits « commandités » font aussi partie du paysage Internet commun comme « .gov » « .edu »,  «. aero » « .mobi » ou les suffixes relatifs à chaque pays « . fr », « .it ».

En savoir plus
>>  Candidatures  pour un nom de domaine Top Level
Les dossiers de candidature seront accessibles de janvier à avril 2012 sur le site web de l’ICANN.
>> L’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) est l’institution à but non-lucratif en charge de l’attribution et de la régulation des noms de domaines.
>> Le site officiel de l’ICANN (en anglais)