Séance de téléportation sur M6, nouveaux formats numériques déclinés par les médias,  cascades de commentaires et conversations sur les réseaux sociaux… avant même la finale de l’Euro 2016, on sait déjà que les technologies digitales ont gagné le match.

euros2016-stade-360_une

L’Euro 2016 va permettre de célébrer la meilleure formation du moment, des exploits et des records. Le temps des compétitions est toujours émaillé de chiffres : le nombre de buts, de passes, la vitesse moyenne du peloton du Tour de France, la puissance de frappe des joueurs sur les courts de Wimbledon. Avec trois grands événements simultanés, ce début juillet est particulièrement chargé en data. Août le sera tout autant pendant les Jeux olympiques de Rio.

L’intégration de dispositifs numériques sur les terrains de sport, parfois sur les athlètes, dans les espaces publics et dans les médias contribuent à une nouvelle avalanche d’informations et à une multiplication des expériences pour les spectateurs.

Réalité augmentée : M6 a mis un pied dans le futur

M6 a fait très fort pendant l’Euro 2016. Grâce aux nouvelles technologies (réalité augmentée et fibre optique) qu’elle a utilisées pour les avant-matches et après-matches, la chaîne a fait très forte impression en France et à l’international. Elle a introduit  la téléportation de présentatrices sur le terrain, de joueurs et d’entraineurs sur le plateau de TV quelques minutes après la fin des rencontres, grâce à la réalité augmentée et à une sorte d’hologramme.

Avec cette expérience immersive, la performance de M6 a quasi volé la vedette aux athlètes. Mais ce n’était pas improvisé, l’opération était délicate et minutieusement préparée par la chaîne comme l’explique son directeur général adjoint à Programme-TV.net : « nous devons d'abord persuader les joueurs de le faire, les emmener dans un studio à part dans le stade. On les met ensuite devant un fond vert qui nous permet de les incruster comme pour les effets spéciaux au cinéma… Le plus important, c'est d'avoir des liaisons suffisamment rapides pour nous permettre de ne pas avoir de décalages entre le son et l'image…Donc la solution, c’est de passer par des fibres optiques qui relient les stades pour une synchronisation quasi-parfaite entre l’image et le son. »

euro2016-hologram-m6-1

euro2016-hologram-m6-3

euro2016-hologram-m6-2

Pour les téléspectateurs, la magie des effets spéciaux high tech est entrée par la grande porte dans leurs salons et leur a peut-être ouvert la voie à « l’avenir de la télévision ». Une question que s’est d’ailleurs posée France Info, tout en précisant que la technologie a déjà été utilisée aux USA en 2008 par la chaîne CNN lors des élections présidentielles.

Les terrains de foot sont aussi devenus très smart

Avant la Coupe d’Europe UEFA, les stades sont passés à la vitesse numérique. Celui de l’Olympique de Marseille est devenu un grand espace connecté grâce à un partenariat avec Orange. L’opérateur a déployé une couverture WiFi haute densité à l’intérieur de l’infrastructure et sur ses parvis, avec 1 000 bornes Wifi et une capacité de 20 000 connexions simultanées. Et le stade a été rebaptisé pour 10 ans, l’Orange Vélodrome.

Avant cette annonce, le parc de l’Olympique Lyonnais avait déjà engagé sa totale transformation numérique. Pour la mettre en œuvre, en 2015, l’OL a nommé un Chief Digital Officer, David Banget. Inauguré début 2016, l’OL se veut à la pointe du digital et de l’expérience utilisateur. Le WiFi, la 3G et 4G sont le B.A.-BA d’une grande stratégie de services connectés offerts aux supporters : social gaming en mobilité, replay en cours de match, guidage, e-ticket, places de parking réservées, services de petite restauration prioritaire, achat de produits équipés de puces et paiement en fin de parcours depuis un smartphone…

euro2016-stade-de-france-ZDNET

En tout, 32 millions d’euros ont été investis par les opérateurs français (Bouygues Orange, Free Mobile, Orange et SFR) pour améliorer la connectivité sur tous les stades accueillant les rencontres en densifiant le réseau et en le boostant avec la 4G.

Pour les spectateurs en tribune, en marge du spectacle live, ces évolutions permettent de visionner sur leurs smartphones des ralentis des actions, d’envoyer des selfies (ou autres photos et vidéos) à toute la planète. ZDNet ne s’est pas contenté de relayer cet effort. Ses ‘’enquêteurs’’ ont testé les performances des réseaux des différents opérateurs au Stade de France. Appels, consultation de vidéo YouTube HD, débit montant et descendant… tout a été passé au crible in situ. Et les résultats sont probants. Le Stade de France est bel et bien devenu un terrain ultra connecté.

Les médias à fond pour le foot et le digital

Outre la prouesse technologique de M6, le groupe L’Équipe a par exemple décliné les innovations numériques et l’interactivité sous toutes ses formes sur le web et l’appli mobile. Guide de l’Euro 2016, fiches interactives sur chacun des joueurs de toutes les équipes, découverte à 360° des 10 stades, des vidéos enrichies dans la rubrique L’Équipe Explore,  des sondages, une notation des joueurs, etc.

L’événement était de taille, abondamment relayé sur les réseaux sociaux, les technologies digitales sont dans toutes nos poches, L’Équipe a célébré cette nouvelle union, à l’instar de nombreux autres médias et de leurs audiences respectives.