Il y a pénuries de talents et les formations spécialisées Big Data se multiplient. Les profils experts sont très recherchés et les rémunérations en début de carrière motivantes. Pourtant, il reste de très nombreux postes à pourvoir. Si vous avez la bosse de l’informatique, des maths et/ou de la statistique et du commerce, les écoles pour acquérir les compétences nécessaires et faire carrière dans l’exploitation des grands volumes de données vous attendent.

big-data-emploi_une

En désignant le métier de data scientist comme le plus sexy du 21e siècle, déjà en 2012, le MIT ne s’était pas trompé. Et la tendance s’est confirmée, au point que les alertes sur le manque de professionnels junior et senior autour des technologies Big Data continuent de se multiplier.  Il manquerait quelque 190 000 professionnels en 2018 aux USA, selon les indicateurs divulgués lors du dernier Salon Big Data de Paris. En France, ce sont les RH des grandes entreprises qui ont le plus de mal à dénicher ces profils, qui préfèrent souvent intégrer les start-up.

L’emploi assuré en sortie de formation et la rémunération sont des arguments avancés pour motiver les futurs talents à intégrer les cursus, qui eux aussi s’étoffent, dans les établissements privés et publics. En France, côté salaire, Télécom ParisTech annonce 60k€ en moyenne pour ses jeunes diplômés Master Big Data. Selon les ‘’stages et l’implication personnelle’’, un tout jeune data scientist peut prétendre entre 35k€ et 50K€ selon le cabinet de recrutement Couthon Conseil (cabinet de conseil spécialisé dans la chasse de têtes de profils évoluant sur le marché de la Data) et Data ScienceTech Institute. Les revenus d’un data scientist junior dans la Silicon Valley  peuvent varier selon ses performances et primes de 60k$ à 142k$ (soit 52 à 125k€), à New York, le salaire median en début de carrière est estimé à 124k$ soit 109k€, à Londres l’équivalent de 49k€.

Faut-il être une super grosse tête pour embrasser un métier autour du Big Data ? En tout cas, mieux vaut avoir une tête bien faite comme le préconisait Montaigne en son temps, et de la passion, « qui fera toute la différence, beaucoup plus que le prestige de l’école » comme le précise maintenant Christopher Couthon, dirigeant de Couthon Conseil, le chasseur de têtes, expert en Big Data. Son cabinet a identifié 6 métiers phares autour de la data :

  • Big Data architect
  • Data scientist
  • Data analyst
  • Data consultant
  • Chief technology officer
  • Chief data officer

Côté orientation et niveau de formation, l’engouement pour l’exploitation  des données dans tous les secteurs laisse la porte ouverte à de nombreuses possibilités. Pour les 2 premiers métiers cités, un très bon niveau d’expertise technico-scientifique et technique est demandé comme le souligne Les Echos. Pour data analyst et data consultant, des cursus en école de commerce sont aussi une voie de réussite. Les postes de CTO et CDO sont plutôt réservés à des professionnels seniors.

Pour la formation initiale, le niveau Mastère est fortement recommandé mais des cursus niveau Licence (voir ci-dessous) s’ouvrent maintenant à des professionnels Bac+2 bénéficiant déjà d’une expérience professionnelle.

Quelles sont les entreprises et les secteurs qui recrutent ? Des grands groupes aux jeunes pousses, tous les types de structure sont ou seront à court terme concernés. Pour les secteurs, toutes les activités se convertissent au Big Data sous une forme ou une autre.

« Il y a eu des secteurs précurseurs comme la banque-assurance, les telecoms ou l’e-commerce, désormais tous les secteurs s’emparent de la data. Et pas seulement les grands groupes, les startups aussi s’engouffrent dans la brèche, notamment dans l’énergie, les objets connectés ou la santé. De même que les agences digitales et les cabinets de conseil qui cherchent à recruter experts et consultants ». Christopher Couthon, dirigeant de Couthon Conseil

Les cursus pour se former au Big Data et à l’analytique

On a cité précédemment le Master Big Data de Telecom ParisTech ou les programmes proposés par Data ScienceTech Institute : 2 Bachelors et 2 programmes européens MCs en téléprésence. Mais il y existe beaucoup d’autres formules, accessibles à partir de Bac+3,  en formation continue ou accélérée, en présentiel ou à distance. Les listes ci-dessous sélectionnées par les médias se recoupent et ne sont sûrement pas exhaustives.