Sur les chaînes de montage, les chantiers de construction, avant la livraison de produits de luxe, la réalité augmentée aide les opérateurs à détecter les défauts de production, de finition ou les malfaçons. Sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, elle permet aussi un gain de temps appréciable et renforce les garanties qualité, un paramètre de plus en plus crucial pour les fabricants.

realite-augmentee-controle-qualite_une

Dans la réalité augmentée, il y a une majorité de réalité et c’est un de ses grands atouts pour les opérations techniques. La RA se base en effet sur un environnement réel sur lequel sont superposées des informations digitales complémentaires (texte, vidéo, interface utilisateur, objet 3D), affichées en temps réel. Ces données varient selon l’orientation du périphérique de vision (smartphone, tablette, lunette ou casque) et donc du champ de vision de l’utilisateur.

L’atout main libre des lunettes connectées pour le contrôle

Lancé en 2013, testé dans plusieurs secteurs jusqu’en début 2016, mis en sommeil depuis, le projet Google Glass n’est pas mort dans l’œuf pour tout le monde. Sur la base de son concept et d’une application informatique taillée sur mesure, la division Technique industrielle de Bosch a développé  un nouvel outil, SmartEyes, pour améliorer le contrôle qualité et le traçage sur les lignes de production de joysticks pour les engins de chantier.

Le principe est simple, l’outil très facile à s’approprier. L’opérateur compare le produit fini avec l’image affichée dans ses lunettes. Grâce au guidage audio intégré au dispositif, il effectue chacune des étapes requises puis valide ou non le produit par commande vocale. En cas de défaut, SmartEyes prend une photo, automatiquement transférée au système central. L’apprentissage du dispositif se fait en 5 minutes, précise le responsable de ce projet. Il permet de réduire de 80% le temps de contrôle et réduit quasi à néant le risque d’erreur.

 realite-augmentee-bosch

Gain en qualité et en temps de production

Airbus a construit une usine du futur modèle. Elle est évidemment truffée de technologies numériques pour optimiser la production des avions. La réalité augmentée y a bien sûr sa place, grâce à des lunettes connectées et aussi des applications pour tablettes. Avec les lunettes, les opérateurs vérifient sur les lignes de montage le bon emplacement des pièces. Avec les tablettes, ce sont les pièces de fixation des parois intérieures du fuselage qui sont contrôlées une à une et il y en a des centaines par appareil. Bilan de l’introduction de la réalité augmentée : ce contrôle qui prenait auparavant plusieurs semaines a été réduit à quelques jours.

realite-augmentee-airbus

Chez Porsche, à l’usine de Leipzig en Allemagne, la réalité augmentée est un projet pilote pour les tout derniers contrôles qualité avant la livraison des véhicules aux clients. La qualité des finitions et les différentes pièces, entre autres celles provenant de fournisseurs externes sont passées au peigne fin. Scannées et enregistrées dans une base de données cloud, sur la chaine de montage, l’opérateur peut en vérifier la parfaite intégration grâce à une projection laser sur le véhicule et garantir ainsi qu’il satisfait aux normes requises.

 supply-chain-realite-augmentee-porsche

Le secteur de la construction vit la même petite révolution. En superposant des projections 3D incluses dans la maquette BIM d’un projet de construction, les techniciens peuvent confronter plusieurs fois par jour ou par semaine les plans détaillés avec les travaux en cours et répercuter automatiquement le moindre écart, l’état d’avancement. Ces informations permettent aux responsables d’évaluer les avancées, les correctifs, les besoins, les coûts et de mieux maîtriser l’ensemble du projet.

realite-augmentee-bim

Réalité augmentée : une adoption massive prévue d’ici 2020

En marge du contrôle qualité pour la fabrication ou la construction, la réalité augmentée est déjà présente dans la conception des voitures intelligentes pour l’aide à la conduite, dans le retail pour essayer un vêtement sans l’enfiler ou pour choisir un meuble en l’intégrant virtuellement dans une pièce.

La RA a aussi déjà été expérimentée pour rendre plus attractifs les manuels utilisateurs de certains modèles de voiture Audi, faciliter les opérations de maintenance, rendre plus concrètes certaines formations professionnelles, enrichir les ouvrages scolaires, sécuriser et optimiser les interventions de pompiers sur des incendies.

Et les usages n’en sont qu’aux prémices. D’ici 5 à 10 ans, la technologie atteindra  son plateau de productivité selon le dernier Hype Cycle et Gartner prédit que 100 millions de consommateurs devraient utiliser la technologie en 2020 pour faire leur shopping.  Aux côtés de la réalité virtuelle et de la réalité mixte qui conjugue RA et VR, la réalité augmentée figure aussi parmi les technologies qui accélèreront la transformation digitale des organisations et dont l’usage deviendra courant pour les 3 prochaines années selon IDC.

 

Sources : Forbes, Volvo Cars, Gartner, Solutions Numériques, L’Usine Digitale, Upload, Slash Gear