Après une version bêta expérimentée dans le monde universitaire, Microsoft a lancé une nouvelle application de partage.

So.cl  de Microsoft : plus qu’un nouveau réseau social
Oui, c’est un réseau social de plus mais So.cl (prononcez « social ») élargit également la notion de partage aux recherches web à partir du moteur Bing et à la « vidéo party ». Entendez par là, la possibilité pour plusieurs personnes de visionner en ligne la même vidéo et d’échanger à son sujet.

So.cl concentre donc les principaux atouts de différents outils déjà très prisés, comme Facebook, Google+, YouTube, Pinterest ou Twitter pour le partage d’informations, de coups de cœur et de commentaires, centrés ou non sur un même sujet d’intérêt, Skype pour les discussions en live vidéo de haute qualité ou le partage de bureau, Bing ou autres moteurs pour les recherches  sur le web par thématique et mots clés.

Sur So.cl, cette grande variété de contenus est agrégée sur la page de l’utilisateur. En se défendant d’être un concurrent de Facebook (Microsoft en est actionnaire) mais pas forcément du réseau Google+, So.cl  est encore présenté par la société de Redmond comme un service expérimental à destination des étudiants.

Pour ouvrir un compte So.cl, un identifiant Windows Live ou Facebook suffit mais, comme Google+ l’avait fait à son lancement, les créations de compte ont été momentanément limitées 3 jours après la mise à disposition du service, pour, dixit Microsoft, « assurer une bonne expérience à notre communauté ».

Si on reproche déjà à So.cl d’arriver un peu tard et de ne pas – encore – présenter de points réellement différentiateurs par rapport aux réseaux existants, l’initiative Microsoft renforce tout de même la tendance à la convergence sur une seule interface de notre vie digitale, souvent dissolue sur de nombreux services non synchronisés, grand public et professionnels.

Les principales plateformes d’échange en quelques chiffres
Bien que les données chiffrées ne concordent pas toujours selon les sources, So.cl aura fort à faire pour s’imposer face à la présupposée saturation des utilisateurs de plateformes sociales et de partage.

  • Skype (2003) annonce 145 M d’utilisateurs et a été racheté par Microsoft au printemps 2011 pour 8,5 Mds $.
  • LinkedIn (2003), le réseau social professionnel affichait 135 M de membres fin février 2012 (sources Internet Marketing)
  • Facebook (2004),  900 M d’utilisateurs à la fin du 1er trimestre 2012. La barre de 1 Md d’utilisateurs pourrait être atteinte cet été. Facebook a été valorisé à 100 Mds $ lors de sa récente introduction en bourse.
  • YouTube (2005) compte aujourd’hui 800 M d’inscrits, et plus de 3 milliards d’heures de vidéos visionnées depuis sa création.
  • Twitter (2006) : le service de micro-blogging comptabilise 465 M de comptes (200 M en février 2012 selon Internet Marketing)
  • Viadeo (2006) annonçait fin 2011 40 M d’inscrits.
  • Pinterest (2010) : est crédité fin février 2012 de 10,4 M de membres, en croissance moyenne de 389 % depuis son lancement.
  • Google+ (2011) : 90 M de comptes en janvier 2012 et sans doute 100 M d’ici la fin juin 2012 (plus de 170 M de membres selon son cofondateur Larry Page), soit exactement un an après son lancement.