Le showrooming est un risque non négligeable pour les surfaces de vente mais, avec les outils digitaux, elles ont désormais les moyens de transformer cet inconvénient en avantage. Le salon Equipmag qui ouvre ses portes demain mardi à Paris et où Econocom est présent (voir ci-dessous) sera l’occasion de découvrir toutes les solutions à disposition.  Avec en toile de fond, une bonne nouvelle : aux USA, la pratique du store-to-web a marqué le pas au profit du web-to-store.

Plus de 60 % des consommateurs pratiquent le showrooming

Avec la généralisation du consommateur toujours connecté, le showrooming est un sujet de préoccupation pour les commerçants. Le client regarde le produit dans la boutique, compare et achète à partir de son smartphone chez un concurrent s’il trouve un prix plus attractif. Un phénomène qui touche particulièrement 2 segments : l’électronique grand public et l’habillement.

retail-showrooming

Plus qu’une tendance, ce comportement est bien ancré (66 % des Américains pratiquent le showrooming selon Nielsen, 38 % ou 67% des Français selon Mediamétrie cité par ActionCo ou selon le baromètre Connected Commerce cité par La Tribune). Si la tendance américaine se confirme, les retailers auront sans doute bientôt tout lieu de se réjouir. Outre-Atlantique la consultation sur internet avant de finaliser son achat dans un magasin gagne du terrain sur le showrooming (source Business Insider, 'Reverse Showrooming': Bricks-And-Mortar Retailers Fight Back).

Le digital pour contrer les effets du digital

En attendant les effets généralisés de ce changement de comportement, l’autre bonne nouvelle est que les solutions pour déclencher dans la boutique l’achat spontané ou fidéliser le consommateur sont nombreuses. Avec un éventail très large de dispositifs orientés services, axés purement sur la relation client ou sur la communication produits, à des coûts variables et adaptés aux différents types de surfaces de vente, de marques, de cibles et de contexte de commercialisation.  Mais comme le préconise Catherine Barba, auteur du livre Le magasin n’est pas mort, « Avant de penser aux bornes interactives, aux tablettes tactiles ou aux écrans géants, commencer peut-être par leur offrir simplement la connexion WiFi » (Citation La Tribune Quand le magasin devient phygital).

À partir de ce service de base, tout devient alors possible pour créer de nouveaux liens avec le m-consommateur :

  • La géolocalisation du client en magasin assortie de notifications in-store personnalisées et contextualisées pour le transformer en véritable VIP
  • Le sms, un outil classique mais encore très efficace (en moyenne 95 % de taux de lecture, 60 % de taux de mémorisation selon Médiamétrie et l’INSEE).
  • Les vendeurs équipés de tablette, une tendance fortement appréciée par les clients
  • Sur les produits : les étiquettes interactives, type QR code ou tags NFC qui informent, redirigent vers un site de vente en ligne, offrent des avantages flash, des jeux concours ou tirages au sort.
  • Les dispositifs digitaux permettant au consommateur de publier sur son réseau social, de donner un avis.
  • Les possibilités de paiement rapide pour éviter l’attente en caisses, etc…

Rendez-vous avec Econocom et CEGID, stand H016 au salon EQUIPMAG 2014

Aux côtés de son partenaire CEGID, Econocom vous donne la possibilité de vous immerger dans un « parcours shopper » innovant mis en scène à travers l’espace Cegid Innovation Store (CIS).

Les lieux : Pavillon 7.3, Stand Cegid/Econocom H016

Le bulletin d’inscription pour obtenir votre pass à EQUIPMAG 2014