Le mécénat d’entreprise s’inscrit dans les actions en faveur de la responsabilité sociétale et il revêt différentes formes : financier, produit, aide technologique, coaching et/ou mécénat de compétences. Cette dernière est de plus en plus prisée et permet aux collaborateurs de s’impliquer directement et très concrètement sur le terrain. Les fondations créées par les grands groupes participent également à l’engagement de leur organisation et à l’affirmation de leurs valeurs. Petite visite dans les coulisses de ces démarches solidaires.

rse-mecenat-entreprise

En France, le mécénat d’entreprise est en hausse selon le dernier baromètre Admical-CSA. Il concerne quelques 170 000 entreprises et représente une enveloppe globale de 3,5 milliards d’euros. Pour le portail du mécénat, le nombre croissant d’entreprises qui s’engagent dans ce type de démarche et la progression des budgets « montre qu’un vrai changement sociétal est en marche, que les patrons sont de plus en plus conscients du potentiel d’innovation que le mécénat représente pour l’entreprise et ses salariés ».

Le mécénat n’est pas réservé aux très grandes entreprises. 98% des entreprises mécènes sont des TPE, PME et ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire). Leurs domaines de prédilection sont le social, la culture, l’environnement, l’éducation et le sport avec des actions majoritairement locales ou régionales, précise l’étude.

Impliquer les salariés grâce au mécénat de compétences

Le mécénat de compétences est une forme qui progresse significativement en termes de dotation et se professionnalise. Il consiste à mettre à disposition d’un projet un salarié pendant son temps de travail. Il concerne plus particulièrement les ETI car il est plus complexe à mettre en œuvre et à suivre qu’un soutien financier, note Admical.

Affirmation de valeurs pour l’entreprise et les salariés, cohésion, quête de sens, besoin de s’engager dans une activité d’intérêt général, et réduction d’impôts pour les entreprises : l’engouement pour des actions sociales et solidaires très concrètes est là.

La réduction de la fracture numérique et l’éducation au numérique sont devenues un axe important - et logique - des entreprises technologiques dans leur engagement sociétal. L’association Passerelles Numériques est un exemple d’une structure qui bénéficie de soutien. Elle œuvre dans 3 pays d’Asie (Cambodge, Philippines et Vietnam) en offrant à des jeunes défavorisés des formations professionnalisantes autour du numérique. Parmi ses sponsors, l’association compte Accenture, Microsoft, Thales, CA Technologies et Econocom. Le groupe Econocom est partenaire de l’association depuis 2006 avec un soutien financier, le parrainage de promotions d’élèves, le don de matériel et des actions de bénévolat et de mécénat. Six salariés d’Econocom ont travaillé bénévolement sur le terrain pour l’association en 2015.

Des millions et milliards pour les fondations

À la hauteur de leurs moyens, nombre de grandes organisations impliquées dans les nouvelles technologies et les telcos constituent des fonds, créent des fondations pour gérer des programmes d’ampleur pour les populations défavorisées. SFR ou Orange en France, Outre-Atlantique et avec des dotations 1 000 fois supérieures, les fondateurs de Microsoft et de Facebook se sont engagés sur le long terme.

Dans l’Hexagone, Orange a créé sa fondation il y a 20 ans avec la vocation de faciliter le lien entre des individus qui peuvent en être exclus, les personnes en situation de handicap par exemple. Avec 22 millions d’euros distribués, la fondation se mobilise dans l’Hexagone et dans la trentaine de pays où l’opérateur est présent, par des actions centrées sur l’éducation, entre autres les Écoles Numériques et la santé.

Chez SFR, la fondation a fêté en 2016 son 13e anniversaire.  La structure dispose d’un budget de 5 millions d’euros pour servir sa mission : l’égalité des chances et le numérique solidaire. Elle est portée par des soutiens financiers et le mécénat de compétences destinés à des associations françaises, parrainées par des collaborateurs.

La Fondation Bill et Melinda Gates, créée au début des années 2000 n’est pas directement associée à Microsoft, si ce n’est qu’une grande partie de la fortune de son fondateur y est consacrée. Avec quelque 40 milliards de dollars de dotation, ce qui en fait la plus grande fondation caritative au monde, la Fondation Bill et Melinda Gates intervient au niveau international, sur 5 continents dans le domaine de la santé (avec un budget supérieur à celui de l’OMS), de l’éducation, de la lutte contre la pauvreté, aussi bien avec des programmes de recherche et d’évaluation qu’avec des actions de terrain. Récemment, Melinda Gates s’est positionnée en faveur de l’intégration des femmes et des minorités dans le domaine des technologies. Comme beaucoup de fondations, celle du couple Gates soutient également certaines structures culturelles comme des musées.

Du côté de Facebook, Mark Zuckerberg et son épouse Chan ont aussi annoncé leur intention d’investir quelque 3 milliards de dollars sur dix ans pour lutter contre les principales maladies mortelles dans le monde. La première concrétisation de leur projet est la création du ‘’Chan Zuckerberg Biohub’’, un centre de recherche biomédicale  à San Francisco. Il fonctionnera en partenariat avec 3 des plus grandes universités américaines (Berkeley, Stanford et UCSF) et leurs éminents scientifiques.

Sources : Admical, Fondation Orange, Fondation SFR, Bill&Melinda Gates Foundation, Pourquoi Docteur, CZBiohub, Societalty,