D’après une étude IDG Connect menée pour Oracle, dans les deux prochaines années, plus de la moitié des entreprises de la zone EMEA (51%) auront atteint leur maturité dans le domaine du Cloud. Aujourd’hui une entreprise sur cinq (19%) a atteint sa "maturité dans le domaine du cloud".

cloud_une

Après 15 années de cloud, l’heure est déjà au bilan. Une nouvelle étude IDG Connect réalisée pour Oracle, montre que l'adoption du cloud se poursuit à un rythme soutenu. Les entreprises sont passées de quelques applications spécifiques dans le Cloud à une approche Cloud systématique aujourd’hui. D’après le rapport « State of the Market : Enterprise Cloud 2014 », plus de 65% des entreprises utilisent le Cloud Computing, et 71% des entreprises envisagent d’adopter le Cloud pour leurs applications de production externes d’ici à 2017.

Aujourd’hui, les entreprises font tourner leurs applications métier centrales dans le Cloud, 90% d’entre elles affirment que le cloud leur permet d'innover plus rapidement, 73% pense que le cloud les aide à conserver leurs clients existants et 76% qu'il les aide à gagner de nouveaux clients.

 

De nouveaux enjeux autour du Cloud

L’enquête montre que les préoccupations ont changées autour du Cloud. Pour l'adoption du Cloud hybride, les questions portaient avant sur la sécurité et sur la migration. Aujourd’hui les inquiétudes se portent de plus en plus sur les architectures informatiques démultipliées et les besoins croissants en bande passante. Côté Cloud privé, la sécurité est toujours la principale préoccupation.  « Nous constatons par ailleurs une différence compréhensible entre les projets de clouds privés et hybrides à propos des questions de sécurité, » explique Bob Johnson, directeur et analyste principal chez IDG Connect. « Pour les entreprises qui déploient essentiellement des clouds privés, la sécurité est une préoccupation essentielle car elles transfèrent des charges opérationnelles dans le cloud. Les organisations utilisant un mélange hybride de services cloud on-premises et publics ont déjà constaté tous les avantages que pouvait apporter l'ouverture de leurs infrastructures à leurs partenaires et à leurs clients : elles sont prêtes à renforcer en conséquence la solidité, la maturité et la sophistication de leurs systèmes de sécurité. »

Les freins qui persistent à l'adoption du cloud

barriers Hybrid Cloud

Les principaux freins à l'adoption du cloud sont la multiplication des architectures informatiques à gérer (60%), la bande passante réseau disponible (57%) et les relations avec les fournisseurs informatiques (52%).

L’adhésion des décideurs clés de son entreprise est toujours un enjeu pour la réussite des projets Cloud. Les décisions ne concernent pas que les DSI mais impactent toute les directions. Pour 29% des sondés, gagner le soutien des décideurs clés de l'entreprise est donc la condition la plus importante, vient ensuite, pour 25%, l’efficacité économique puis la relation avec le fournisseur, pour 22%. S’il n’est plus le seul concerné, le DSI garde son rôle primordial pour la coordination des différentes architectures et des choix.

Dans quel sens vont les nuages ?

Les projets d’infrastructures Cloud pour les entreprises sont orientés en priorité (36%) vers les cloud privé, suivi de près par le cloud hybride 32%) et de cloud publique (16%).

next cloud based infrastructure

Côté dépense, si l’on observe les États-Unis, une étude du cabinet Clutch montre que 63% des entreprises prévoient de renforcer leurs investissements dans le Cloud. On compte en plus 27% d’entreprises qui vont maintenir leur budget et seulement 6% qui veulent diminuer leurs dépenses. (Étude menée par le cabinet Clutch auprès de 300 décideurs de sociétés américaines de plus de 100 personnes).

cloud depenses 1

En France, selon le cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC), le marché du Cloud public (Saas, Iaas et Paas) représentait 1,9 milliard d’euros en 2015. Le cabinet prévoit une croissance annuelle moyenne de 26 % sur la période 2015-2019, avec encore 20% de progression prévue en 2019. « De moins en moins de facteurs freinent les investissements des entreprises françaises dans le Cloud public », explique Franck Nassah, vice-président de la recherche de PAC. Les taux de croissance Cloud public seront supérieurs à ceux du Cloud privé sur cette période. Selon le cabinet PAC, le Cloud public dépassera les 4,5 milliards d’euros en France en 2019.

 

L’étude IDG Connect a été réalisée à partir d'une enquête en ligne à laquelle ont participé 458 personnes de la région EMEA (Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Bahreïn, Danemark, Emirats Arabes Unis, Finlande, France, Koweït, Liban, Norvège, Pays-Bas, Qatar, Royaume-Uni, Russie, Suède et Suisse). Les répondants sont membres de la direction générale ou décideurs dans le domaine de l'informatique, au sein d'organisations ayant plus de 250 salariés dans plusieurs secteurs d'activité

Sources : SiliconJDNOrangeÉtude OracleÉtude Clutch