En projet depuis le début 2014, officialisée par Axelle Lemaire, Secrétaire d’État au numérique lors au salon de Las Vegas, la Cité des Objets Connectés prendra ses quartiers à Angers. Initiée par un pool d’entreprises régionales et soutenue par le plan de la Nouvelle France Industrielle, la Cité doit ouvrir ses portes au mois de mai 2015.

Ce pôle a pour vocation de créer un écosystème complet, de l’innovation à la production pour dynamiser le développement des objets connectés made in France. C’est un projet dont les ambitions peuvent être comparées à la dynamique de l’horlogerie suisse selon Eric Careel, président de la société Withings, aux commandes des projets ‘’objects connectés’’ du gouvernement et l’un des moteurs de la future cité d’Angers. Pour cet entrepreneur « la filière ne pourra continuer à innover et à garder une bonne structure de marge qu'à condition de savoir recréer localement un tissu d'entreprises innovantes », lequel « comprend la production mécanique, la production électronique, les capacités d'industrialisation et la conception. » (L’Usine Digitale).

De l’idée jusqu’à la production en série

C’est bien là la substance même de ce projet. Réunir les jeunes pousses porteuses d’innovation dans un espace de coworking, leur donner les moyens dans les meilleures conditions et avec les délais les plus courts possibles pour répondre au rythme actuel de l’innovation de mener à bien toutes les étapes de leur projet, prototypage, présérie et production, avec le soutien d’entreprises expertes en design, électronique, mécanique ou plasturgie.

Ce sont les locaux d’une ancienne usine de l’équipementier Valeo qui hébergera le cœur de ce projet.  Sur les 16 000 m² du site, 3 000 m² seront dédiés dans un premier temps aux start-up et à un espace Fab Lab pour la conception, le design, les maquettes, essentiellement avec les technologies d’impression 3D. Une surface équivalente sera ensuite aménagée pour passer au stade de productions en série.

La Cité des Objets Connectés devrait atteindre son plein régime d’ici 2017. Elle ambitionne de promouvoir 170 projets en 4 ans et de pouvoir accueillir 150 porteurs de projets simultanément (source L’Usine Digitale).

L’organigramme, les budgets

Au global, 19 millions d’euros doivent être consacrés au fonctionnement de la cité pour les 3 prochaines années. 4 millions sont investis par Angers Loire Métropole pour le rachat du site Valéo. Selon Philippe Ménard, 2 millions d’euros sont alloués pour l’acquisition d’équipements destinés à la fabrication de prototypes et aux procédures de test.

La cité sera présidée par Thierry Sachot, actuellement DG de l’entreprise Eolane, spécialisée dans les services industriels en électronique professionnelle dont le siège social est à quelques kilomètres de la capitale d’Anjou. Cette entreprise est une des clés de voute du projet. Le Directeur en sera Philippe Ménard, également issu d’Eolane. Tous deux ont fait le déplacement au CES de Las Vegas pour y rencontrer les start-up françaises susceptibles d’intégrer prochainement la nouvelle structure.

Eric Carreel de Withings en serait le président d’honneur. Une nomination qui consacre non seulement le dynamisme et les innovations de Withings sur le marché des objets connectés mais aussi les liens que la société a noués avec Eolane depuis plusieurs années pour la fabrication de ses produits. Une dizaine de personnes seront affectées au fonctionnement  de la Cité des Objets Connectés pour son démarrage, à terme une cinquantaine de personnes devraient travailler pour animer cette filière.