Les technologies NFC et RFID décollent mais quelles sont leurs différences et comment fonctionnent-elles ?

NFC-Application_miniLe NFC : l’atout des devices mobiles pour stocker, lire ou échanger des données

Le NFC (Near Field Communication ou communication en champ proche) permet d’échanger des données sans contact et à courte portée (maximum 10 cm) entre 2 appareils équipés d’une puce NFC (terminaux mobiles, ordinateurs, diffuseurs de musique).

Les cartes SIM des devices mobiles (smartphone et tablette) intègrent de plus en plus une puce NFC et apportent aux terminaux mobiles  de nouvelles fonctionnalités pour :

  • Stocker et sécuriser des données (paiement sans contact, carte de fidélité, billet de spectacle, coupon de réduction)
  • Lire les informations de tags électroniques, lancer une application mobile
  • Échanger des informations entre terminaux : transférer des données peer to peer (photos, lien URL  entre devices mobiles par exemple), activer un système (entrée dans des locaux).

À la différence des technologies RFID et Bluetooth, le NFC permet des transferts des volumes de données très limités et à très faible distance. Ces transferts sont très contrôlés et permettent une sécurisation importante.

Vos tablettes et smartphones sont-ils compatibles et comment activer le NFC ?

Android, BlackBerry, Windows Phone… la liste mise à jour en temps réel de tous les terminaux équipés de NFC est publiée sur le site NFCWorld. Sur les terminaux Android, la fonction NFC s’active dans les paramètres ‘’Sans fil et réseaux’’, sur les BlackBerry dans la rubrique ‘’Gérer les connexions’’. Sur Windows Phone, la fonction est activée par défaut mais peut-être désactivée dans les paramètres ‘’Toucher + Envoyer ‘’.

Si vos terminaux sont signés par Apple, pas la peine de chercher. La firme de Cupertino préfère promouvoir la technologie sans contact Bluetooth 4.0 basse consommation (BLE – Bluetooth Low Energy) introduite sur son nouvel iOS7 avec le système iBeacon qui permet des portées supérieures au NFC (jusqu’à 50 m) et en utilisation main libre.

RFID : quelle différence avec les codes-barres ?

La RFID (Radio Frequency Identification) est un système d'identification automatique d’objets ou de personnes basé sur l'utilisation d’un support RFID (étiquette, tag, badge, appelés plus globalement transpondeurs composés d’une puce et d’une antenne) et de lecteurs RFID fixes (portiques, caddy de supermarché) ou mobiles. Ce lecteur permet de capter par radiofréquence les informations stockées sur la puce RFID, transmises et converties ensuite à un logiciel. L’interprétation des codes-barres se fait par lecture optique.

Les puces RFID intégrées dans les tags ont une capacité de stockage plus importante que les codes-barres et peuvent conserver des informations très variées sur un produit (date de fabrication, origine des matériaux, taille, prix, numéro de série, etc.). Les informations contenues sur la puce peuvent aussi être mises à jour en temps réel et à distance (pour l’affichage digital de prix en magasin par exemple).

La technologie RFID est la technologie phare pour les opérations de traçage dans de nombreux secteurs : retail, santé, transport et logistique, militaire, automobile.

La RFID fait partie du champ très large des technologies de localisation en temps réel (RTLS - Real Time Localisation System) qui incluent entre autres des solutions GPS et Bluetooth.

rfid_instor-cartRFID : plusieurs types de tags

Selon leur type, les tags RFID peuvent émettre sur de très courtes ou de longues distances de, de 5 mm à plus de 100 m.

  • · Étiquettes passives : elles ne sont pas équipées de batterie. Elles stockent les informations et les transmettent grâce à l’activation par signal électromagnétique émis par le lecteur. Elles sont utilisées pour des émissions à courte distance vers des lecteurs fixes ou mobiles.
  • · Étiquettes actives : elles sont alimentées par une source d’énergie embarquées (batterie miniaturisée) qui permet d’envoyer un signal vers un lecteur RFID. Elles sont principalement utilisées pour les transmissions longue distance.
  • · Étiquettes semi-actives (dites aussi semi-passives) : elles sont également alimentées par une source d’énergie embarquée pour enregistrer des données de leur environnement. Ces données sont ensuite transmises au lecteur (comme pour les tags passifs) lors de l’activation par signal électromagnétique.

 NFC, RFID : les indicateurs du marché

+ 72 % de cartes SIM NFC livrées entre 2011 et 2012

  • · 80 millions de cartes SIM NFC livrés aux opérateurs de téléphonie mobile au 1er semestre 2013
  • · 500 millions de devices NFC en circulation en 2014 (sources GSMA/ABI Research)

+ 25 % en 2 ans pour l’industrie de la RFID

Le marché de la RFID comprend les étiquettes, lecteurs, les logiciels de gestion et les services.

  • · 6,98 milliards de dollars en 2012  9,2 Mds en 2014
  • · 2,25 Mds$ en 2013 pour les étiquettes utilisées par le seul secteur du retail

5,9 Mds d’étiquettes tous secteurs confondus vendues en 2013, 4,8 Ms en 2012 (Research&Markets)

NFC – RFID : les précédents articles e-media