Grâce aux technologies NFC et RFID, la démocratisation des objets communicants est en marche et le M2M  (communication Machine to Machine) à la portée de tous.

 

La NFC pour dématérialiser la carte bancaire
La Near Field Communication  est une des technologies de communication sans contact permettant l’échange d’informations à très courte distance (quelques centimètres maximum) entre un terminal mobile (après validation de l’utilisateur) et un récepteur.

Elle est un des fers de lance des prochains modèles de téléphones mobiles pour remplacer à terme les paiements par carte bancaire.

Déjà testée dans de grands centres urbains pour les paiements de titres de transport, à la caisse des magasins par exemple, cette technologie équiperait 1 million de smartphones sur le marché français à la fin 2011.

Les prochains BlackBerry et iPhone5 devraient bénéficier prochainement des avantages de cette puce, les mobiles avec l’OS Androïd en version 2.3.3 également.

Mais la NFC s’ouvre aussi à d’autres objets, comme la clé de voiture BMW qui permettrait à son propriétaire d’effectuer ses achats de carburants, de nourriture en drive-in, etc.

RFID : l’atout logistique
La Radio Frequency IDentification est aussi une technologie sans contact par radiofréquences. Elle permet une détection automatique avec des distances de lecture supérieures (de 10 à 200 m selon le type de puces) à celles de la NFC.

Elle permet également la détection de produits marqués en grande quantité, jusqu’à 200 par seconde et sans orientation directe vers le détecteur.

Les tags RFID insérés sur ou dans les objets et leur lecteur ont d’ores et déjà discrètement mais efficacement intégré notre quotidien et trouvé de très nombreuses applications et telles que :

  • Le contrôle d’authentification et d’accès sur des lieux sécurisés ou payants (bureau, parking, passeport biométrique, télépéage autoroutier)
  • La traçabilité des  produits, le suivi de production, de colis, de chargements complets en camion, de containers
  • La gestion intégrale d’une chaîne d’approvisionnement, les inventaires
  • La billetterie pour les spectacles ou les abonnements de transport commun etc.

Fiable, rapide, peu coûteuse, la RFID offre des avantages indéniables pour de nombreux secteurs économiques.

La RFID et le vivant
La RFID s’applique aussi au monde du vivant. Plantes, bétails, animaux de compagnie peuvent être tracés grâce à l’intégration de puce dans les fibres ou en sous-cutané.

Les humains n’y échappent pas non plus, à des fins de paiement (expérimenté par une boîte de nuit espagnole pour faciliter l’entrée et les consommations des VIP), suivi médical, localisation automatique de personnes susceptibles d’être kidnappées (au Mexique)…

La RFID n’a pas fini de faire parler d’elle et de nous faire parler...

Pour 2010, IBM évaluait à environ 30 milliards le nombre d'étiquettes RFID produites dans le monde et à 1 milliard de transistors pour les êtres humains.