Les MOOCs français sont à l’heure des choix selon France Stratégie… Pour se financer, les MOOCs proposés par FUN doivent suivre l’exemple de nos voisins anglophones : proposer des options payantes, assouplir leur format et s’orienter vers les besoins des entreprises.  En synthèse, voici les conclusions du rapport de l’organisme de réflexion gouvernemental.

new_blog_une_vierge

Les MOOCs (Massive Open Online Course) de la plate-forme publique francophone FUN pourraient devenir partiellement payants. C’est en tout cas l’un des points abordé par un rapport de France Stratégie et ce n’est pas une surprise. La plate-forme FUN initiée en 2013 est actuellement financée par des subventions publiques et les cotisations des 23 établissements d’enseignement partenaires. Elle est destinée à rendre accessibles des formations de niveau Post-bac au plus grand nombre. Dès le lancement de FUN, officiellement pilotée depuis septembre 2015 par FUN-MOOC, un Groupement d’Intérêt Public (GIP), il était mentionné que le dispositif se devait à termes de développer ses propres ressources, comme le précise son actuelle directrice, Catherine Mongenet.

La France n’est pas encore leader dans les MOOCs universitaires

Pour établir son rapport France Stratégie a comparé l’offre et le modèle FUN aux grandes tendances de la formation en ligne niveau universitaire, essentiellement d’origine anglophone :

  • 4 000 cours en ligne au niveau mondial dont 300 d’origine française
  • 80 % des universités américaines proposent des cours en ligne, 3% en France
  • FUN : 155 MOOCs, 530 000 inscrits issus de 120 pays fin 2015
  • edX aux USA : 1 820 MOOCs, 5 millions d’inscrits
  • 60 à 70 % des MOOCs sur edX et Coursera sont produits par des universités

L’offre FUN doit être monétisée et diversifiée

« Les plateformes étrangères sont presque toujours privées, elles privilégient un modèle de développement axé sur des levées de fonds et sur des modes variés de génération de revenus » note France Stratégie. L’un des modèles que l’organisme privilégie pour générer des revenus est celui du mode Freemium, déjà largement pratiqué à l’étranger et par les organismes privés. Il consiste en un mix de services gratuits (l’accès aux contenus) et de services payants : tutorat, obtention de certification, déclinaison des contenus pour les entreprises, pour des formats , réservés à des petits groupes restreints et avec un accompagnement). France Stratégie propose donc :

  • des certifications payantes via des évaluations en présentiel dans des centres d’examen ou des systèmes de reconnaissance sécurisés
  • des services de recrutement pour les employeurs et universités sur la base des résultats des participants aux MOOC
  • La vente de droits d’utilisation à des entreprises pour leurs formations internes
  • Des abonnements payants pour certaines formations

France Stratégie encourage également à la diversification de l’offre, toujours sur des modèles déjà pratiqués Outre-Atlantique : cours ‘’blended’’ en ligne et en présentiel avec validation de crédits universitaires, suivi de plusieurs MOOCs pour l’obtention d’un diplôme, MOOC disponibles à demande sans date de début ni de fin.

Accès à l’intégralité du rapport France Stratégie, MOOC français, l’heure des choix

La finalité professionnelle, grande tendance des MOOCs

Servir la formation continue et l’acquis de nouvelles compétences des employés est une des voies de plus en plus prisée par les grandes plateformes de MOOC. Les enseignements s’y orientent vers des contenus ciblés et en format très courts pour séduire la génération Y, comme chez Grovo. C’est sur ces critères que cette plateforme de microlearning est en train de bâtir son succès. Elle mise sur des enseignements très concrets : fonctionnalités DropBox, Evernote, expérience client avec des modules vidéo de 1 minute vendus à des entreprises. Le magazine l’Etudiant a aussi repéré la nouvelle stratégie Udacity. Moyennant 100 dollars supplémentaires, les étudiants n’ayant pas trouvé un emploi dans les 6 mois sont remboursés. Cette offre de garantie est valable pour certains cours uniquement.  Une tendance qui a fait apparaître le terme d’ubérisation associé au monde de l’enseignement.

Demain, 1 conférence Econocom à Educatec Educatice

Econocom est présent au salon Educatec Educatice (stand I14, Pavillon 2.1) et anime demain, jeudi 10 mars, 1 conférence, à suivre en live tweet si vous n’êtes pas sur place.

 

  • Collaboration et interdisciplinarité avec le numérique, en classe de Première et de Terminale avec Yves Le Saout, Directeur de Notre-Dame « Les Oiseaux » de Verneuil-sur-Seine (78), accompagné de 2 enseignants. Salle 2 - 14h à 15h. Infos et inscriptions ici.