Secteur en plein développement, le marketing mobile n’en est qu’à ses prémices mais avec des exemples de dispositifs très prometteurs. Géolocalisation et services à valeur ajoutée déchaînent la créativité des M-marketeurs.

De nouvelles impulsions de consommation
« N’importe où, n’importe quand » est aussi l’une des devises des nouveaux stratèges en marketing mobile. Créer du trafic et de nouvelles impulsions d’achat, sur un lieu de vente ou à proximité, fidéliser le client sont les voies qu’ils explorent avec succès.

Bénéfice pour le  consommateur : ce « push marketing » le dédouane de chercher la bonne adresse, le « bon plan », l’information ou le service. Ces données lui sont délivrées quasi automatiquement, en fonction de sa position géographique, repérée grâce à son smartphone ou sa tablette.

Les entreprises internationales en phase d’observation
Selon une étude Forrester effectuée auprès de 200 entreprises internationales, 57% d’entre-elles n’ont pas encore de stratégie marketing mobile ou débutent, 10% ont des dispositifs opérationnels depuis moins d’un an et 1/3 depuis plus d’un an. 70 % se disent prêtes à augmenter, voire doubler ou tripler leur budget cette année. De quoi voir l’avenir en rose pour les M-marketeurs !

SMS ou MMS
Peu coûteuses, les campagnes de sms et de mms sont accessibles par exemple aux petits commerces indépendants (restaurants par exemple) et permettent aux consommateurs équipés d’un mobile avec GPS d’être alertés d’un « bon plan » dans leur périmètre.  Elles sont également utilisées par les grandes enseignes sur des actions ponctuelles à l’instar du groupe cosmétique Yves Rocher.

QR Code ou Flash Code
Ces codes en 2D inscrits sur une affiche ou sur un emballage doivent être photographiés (flashés) par l’utilisateur avec son mobile. Ils donnent accès à des services complémentaires : composition du produit, promotions, etc.

Le groupe Nestlé a récemment utilisé cet outil en grande surface pour sa gamme Maggie. Conseils d’utilisation, recettes, ingrédients à ajouter à son panier –réel – bénéficient tant à la surface de vente qu’à la marque.

Les applications mobiles
Plus ambitieuses, les applications mobiles permettent aux annonceurs d’apporter à leur image de marque et à leur stratégie publicitaire une réelle valeur ajoutée, appréciée par l’utilisateur et génératrice de revenus.

L’Oréal Paris a lancé en 2010 l’opération Instant Beauty. Compatible iPhone, iPod Touch et iPad, l’application se télécharge gratuitement sur iTunes et permet d’accéder en scannant des codes barre sur les points de vente à des choix de produits, des commentaires de consommatrices et des conseils d’experts. L’Oréal a enregistré 2 000 téléchargements en 2010 et mise sur 10 000 applications téléchargées fin 2011.

Autre initiative : l’assureur MMA met à disposition de ses clients « le coffre-fort numérique », accessible par iPhone pour sécuriser les documents personnels ou professionnels sensibles. MMA a dépensé 75 000 euros pour le développement et les actualisations de l’application et pour la promouvoir, prévoit un budget d’1 millions d’euros.

Les secteurs les plus dynamiques
Services financiers, voyages et média sont les plus actifs actuellement.
Pour ne citer que quelques exemples français, l’application iPhone de la Banque Postale  et son simulateur de prêt immobilier a enregistré 30 000 téléchargements en 2010 et sera bientôt disponible en version iPad. L’application mobile sncf-voyages aurait généré un volume d’affaires de 30 millions d’euros. Le groupe média Lagardère proposent 22 applications différentes pour accéder à des contenus informatifs, concrétisées par 4,5 millions de téléchargement.

Les Grands s’emparent de la tendance
En février dernier, Facebook a lancé en Europe Facebook Deals,  Microsoft : Bing Deals pour le moment sur le territoire américain. Agrégateurs de coupons, de promotions, ces services sont accessibles sur tout type de terminaux mobiles et vont insuffler très certainement un nouvel élan au M-marketing.

 En savoir plus sur les applications mobiles avec les billets e-media

> Applications mobiles : un succès fulgurant 
> L’exception française pour les applications mobile
> Guerre des OS entre Apple et Google