Reconnaissance vocale et chatbot sont en passe de révolutionner le concept d’assistant personnel. Du secrétaire au majordome numérique pour déléguer les tâches professionnelles et privées, les avancées technologiques s’enchaînent et sont prometteuses.

chatbot

La semaine de 4 heures reste depuis sa première édition en 2007 un best-seller. D’abord parce que le titre de l’ouvrage est particulièrement accrocheur, même s’il prête à confusion. Et surtout parce que son auteur, l’Américain Timothy Ferriss y prône, entre autres, une organisation plus efficiente de nos priorités, la délégation de tâches sans valeur ajoutée, les 20% qui consomment 80 % de notre temps, à des assistants outsourcés ou à des applications digitales. Le fil conducteur de ce livre n’est pas de ne travailler que 4 heures par semaine mais d’optimiser notre temps, avec pour principe qu’il constitue notre richesse la plus précieuse, donc autant l’utiliser aux activités les plus satisfaisantes.

Depuis bientôt 10 ans et la publication de ce livre, l’automatisation, la délégation de tâches, simples ou de plus en plus complexes grâce aux avancées de l’intelligence artificielle est devenue plus commune et de nombreux acteurs, grands et petits, des technologies numériques s’ingénient à la faire évoluer.

Les progrès de la reconnaissance vocale depuis 5 ans

La première version de Siri, l’assistant vocal d’Apple a été lancée officiellement en 2011. Et elle a progressivement ouvert la voie, sans jeu de mot trop facile, aux usages de requête par commande vocale. Anecdotique, ludique car très imparfaite à ses débuts, la technologie de reconnaissance vocale est devenue de plus en plus performante et serait maintenant à l’origine de « 10% du trafic des recherches effectuées à l’aide la voix. Dans 5 ans, cette part pourrait passer à 50% » selon Tim Tuttle, expert dans le domaine.

Dans la foulée du Siri d’Apple, Google Now, S Voice de Samsung, Cortana chez Microsoft et pléthore d’applications de commande vocale dans les app store sont devenus des incontournables pour les usages en mobilité.

À chaque nouvelle version,  ces logiciels étoffent leurs capacités et améliorent leur précision : recherche et navigation sur Internet, dictée de sms, d’email, prise de note, ouverture d’applications, contrôle de fonctionnalité, interprétation de requête en langage naturel sur des corpus de plus en plus complexes…

L’assistance vocale au service de la maison intelligente

Passées du statut d’assistant vocal à assistant personnel à part entière, ces technologies s’immiscent maintenant dans nos interactions avec les objets connectés et seront bientôt prêts à engager de vraies interactions avec nous, grâce au machine learning.

Côté objets intelligents, Siri est intégré dans les AppleTV et les smartwatch pour le déclenchement de fonctions. La rumeur laisse entendre que l’application pourrait être ouverte aux développeurs pour faire le pont avec de nombreuses applications tierces. Uber est mentionné en coulisses comme exemple.  Siri pourrait également permettre le contrôle d’objets connectés avec HomeKit. L’annonce pourrait devenir officielle lors de la prochaine keynote d’Apple le 13 juin prochain.

Google Home uniquement dirigé par la voix et Amazon Echo avec son assistant vocal Alexa  investissent déjà le terrain de la maison intelligente pour contrôler enceintes musicales, télévision, thermostats. Ils ambitionnent à termes de devenir de vrais bots pour commander une multitude de services externes : taxi, fleurs, liste de courses, réservation d’hôtel, etc.

Ces bots qui veulent détrôner les applications mobiles

Ces robots conversationnels multifonctions se proposent de gérer notre quotidien. Facebook a déjà annoncé M, un ‘’bot store’’ ouvert aux retailers. En lieu et place des actuelles applications mobiles, le bot ou chatbot permet en quelques millisecondes de gérer une requête, une commande de produits ou services, son paiement. Le système fait déjà fureur en Asie.

Grâce à une interface plus simple à utiliser, en évitant le téléchargement, le développement et la mise à jour d’applications, ils annoncent une nouvelle avancée dans les interactions Homme-Machine et les usages. Outre les GAFA, des éditeurs aux épaules moins larges  comme Viv tentent de percer sur le marché. Mais attention, Viv n’est pas sorti de nulle part. Ce bot a été développé par les créateurs de Siri, ce qui d’emblée lui confère une crédibilité certaine.