Les technologies et outils numériques sont sans conteste un précieux atout pour la scolarisation des jeunes écartés des structures éducatives ou en situation de handicap, type DYS ou autres. L’Unesco en fait un de ces fers de lance et les sources d’information pour des programmes d’éducation inclusive et personnalisée se multiplient. 

icone_handicapPour l’Unesco, « l’apprentissage mobile est porteur d’un important potentiel pour les apprenants handicapés ».

L’Organisation des Nations Unis pour l’éducation, la science et la culture complète régulièrement sa série de documents de référence sur l’apprentissage mobile. La définition de l’apprentissage mobile pour l’Unesco en est : « un moyen moderne de compléter le processus d’apprentissage grâce à des appareils mobiles, tels que les ordinateurs de poche, tablettes numériques, baladeurs MP3, téléphones intelligents et portables. Personnel, portable, collaboratif, interactif, adapté au lieu et au contexte, l’apprentissage mobile a des qualités spécifiques qui le distinguent de l’apprentissage à distance classique. Il privilégie ‘’l’apprentissage juste à temps’’ et une transmission des connaissances qui peut être effectuée en tout lieu et à tout moment. En tant que soutien susceptible d’être apporté à l’apprentissage formel et informel, il a donc l’énorme potentiel de transformer les prestations d’enseignement et de formation. »

Le dernier document de l’Unesco publié fin 2013 et intitulé  ‘’L’apprentissage mobile et les politiques. Questions clés’’ présente des recommandations sur 7 principes directeurs pour l’utilisation des nouvelles technologies en éducation. Parmi ces principes, l’Organisation analyse les applications de l’apprentissage mobile afin d’ «assurer une éducation inclusive » et promouvoir l’égalité des genres et l’accessibilité aux apprenants handicapés. Pour ce public, précise l’Unesco « Les technologies mobiles peuvent procurer des expériences d’apprentissage flexibles et personnalisées qui répondent aux besoins particuliers et variés des apprenants handicapés comme ne le peuvent pas les ressources éducatives traditionnelles et les autres TIC. Par exemple, la communication par SMS, contrairement à la messagerie vocale, est facilement accessible aux utilisateurs malentendants, et des programmes d’assistance qui lisent un texte à haute voix ou agrandissent la taille du texte sur les écrans sont utiles aux apprenants malvoyants. » (Pages 43 et 44 du document).

Numérique-brailleDes ressources éducatives numériques pour les apprenants en situation de handicap

Quelle que soit la nature du handicap des apprenants, déficience auditive, visuelle, moteur, autisme, DYS…, etc., le numérique permet d’enrichir les ressources et outils accessibles à ces publics, enfants et adultes et également aux enseignants. Quelques sources d’information :

Tablettes et applications mobiles : des outils très prisés par et pour les apprenants en difficulté

Tablette, apps mobiles, assistance vocale, retranscription audio, clavier braille… la palette de devices, tels que la tablette tactile, de périphériques et d’applications  à disposition des différents types de handicap est de plus en large. Ci-dessous, quelques cas d’usage relayés par les médias.