Les écoliers du primaire et du collège 2017 vont découvrir une toute nouvelle matière : le code. Cette année, la programmation informatique fera son entrée dans les programmes officiels et dans l'épreuve du brevet 2017. Les enfants du CP commenceront doucement par de l’initiation pour les établissements qui le souhaitent, tandis que les collégiens devront savoir écrire, mettre au point et exécuter un programme simple.

code-enfant-une

« En abordant le numérique, la programmation et ses enjeux, nous donnons à nos élèves le moyen d’être acteurs et penseurs de cette révolution technologique, et non plus des usagers passifs », a déclaré Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

nbvL’enseignement de l’informatique autour du codage et de l’algorithmique est donc cette année introduit au collège et une sensibilisation au code est proposée à l’école primaire. Une véritable révolution dans les écoles française qui ne sont toujours pas toutes équipées de tableaux numériques et où les élèves se partagent encore les ordinateurs.

D’après le ministère de l’éducation nationale, le socle commun d’apprentissage de cette nouvelle matière s’articule en 5 domaines de formation définissant les connaissances et les compétences qui doivent être acquises à l’issue de la scolarité obligatoire et dont l’apprentissage du Code via l’algorithmie et la robotique est transversal :

  • les langages pour penser et communiquer ;
  • les méthodes et outils pour apprendre ;
  • la formation de la personne et du citoyen ;
  • les systèmes naturels et les systèmes techniques ;
  • les représentations du monde et l’activité humaine ;
  • investigation : mener une activité d’observation et de réflexion répondant à une démarche scientifique ;
  • décomposition : analyser un problème complexe, le découper en sous-problèmes, en sous-tâches ;
  • reconnaissance de schéma : reconnaître des schémas, des configurations, des invariants, des répétitions, mettre en évidence des interactions ;
  • généralisation et abstraction : repérer les enchaînements logiques et les traduire en instructions conditionnelles, traduire les schémas récurrents en boucles, concevoir des méthodes liées à des objets qui traduisent le comportement attendu ;
  • conception d’algorithme : écrire des solutions modulaires à un problème donné, réutiliser des algorithmes déjà programmés, programmer des instructions déclenchées par des événements, concevoir des algorithmes.

Le code en école primaire – Cycle 2 et 3 (CP à la 6ème)

Comme pour les langues vivantes, le primaire est idéal pour découvrir le code, tel un nouveau langage. La sensibilisation commencera donc dès 6 ans tout doucement, puis en CM1, les enfants apprendront à « programmer les déplacements d’un robot ou d’un personnage sur écran » ou à « construire une figure simple ». Les élèves apprendront pour cela le chiffrement, le codage, la programmation et l’écriture de programmes.

« Dès le CE1, les élèves peuvent coder des déplacements à l’aide d’un logiciel de programmation adapté, ce qui les amènera au CE2 à la compréhension, et la production d’algorithmes simples. », peut-on lire dans le Bulletin officiel spécial n°11 du 26 novembre 2015 et consacré aux programmes d'enseignement de l'école élémentaire et du collège.

« En CM1 et CM2 on se limitera aux signaux logiques transmettant une information qui ne peut avoir que deux valeurs, niveau haut ou niveau bas. En classe de sixième, l’algorithme en lecture introduit la notion de test d’une information (vrai ou faux) et l’exécution d’actions différentes selon le résultat du test. »

Puis, en fin de cycle 2 en classe de sixième, l’algorithme en lecture introduira la notion de test d’une information et l’exécution d’actions différentes selon le résultat du test.

code-ecoleLe code au collège - Cycle 4 (5ème, 4ème et 3ème )

Au collège, le code devient un thème des programmes de mathématiques et de technologie dès la 5ème. Le but est d’être capable d’« écrire, mettre au point et exécuter un programme simple ».

« L’idée n’est pas de former des spécialistes, mais d’apporter aux élèves des clefs de décryptage du monde numérique, de les amener à voir l’informatique autrement que comme une pensée magique à laquelle on n’aurait pas accès », explique Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire au ministère de l’éducation nationale.

Les collégiens en 3ème découvriront dès cette année des exercices de code dans le brevet 2017. Les épreuves de mathématiques et sciences comporteront au moins un exercice d’algorithmique ou de programmation.

D’après le bulletin officiel, la technologie au cycle 4 vise à « conforter la maîtrise des usages des moyens informatiques et des architectures numériques mises à la disposition des élèves pour établir, rechercher, stocker, partager, l’ensembles des ressources et données numériques mises en œuvre continuellement dans les activités d’apprentissage. Cet enseignement vise à appréhender les solutions numériques pilotant l’évolution des objets techniques de l’environnement de vie des élèves. Les notions d’algorithmique sont traitées conjointement en mathématiques et en technologie. Dans le cadre des projets, les élèves utilisent des outils numériques adaptés (organiser, rechercher, concevoir, produire, planifier, simuler) et conçoivent tout ou partie d’un programme, le compilent et l’exécutent pour répondre au besoin du système et des fonctions à réaliser. Ils peuvent être initiés à programmer avec un langage de programmation couplé à une interface graphique pour en faciliter la lecture. La conception, la lecture, et la modification de la programmation sont réalisées au travers de logiciels d’application utilisant la représentation graphique simplifiée des éléments constitutifs de la programmation. »

En fin de 3ème, les élèves devront avoir compris le fonctionnement d’un réseau informatique et savoir écrire, mettre au point et exécuter un programme.

cycle-4

Si le collège n’a pas l’ambition de former des experts en informatique, il doit désormais apporter aux élèves des clés de décryptage du monde numérique. Il doit également réussir à initier les filles autant que les garçons, alors qu’elles sont encore très peu à s’intéresser au coding.

L’introduction du coding à l’école est également l’opportunité de développer le travail en mode collaboratif. « Cet enseignement doit se traduire par la réalisation de productions collectives (programme, application, animation, sites, etc.) dans le cadre d’activités de création numérique, au cours desquelles les élèves développent leur autonomie, mais aussi le sens du travail collaboratif», précise le bulletin officiel.

Le nouveau programme scolaire prévoit donc que les élèves en fin de 5ème sauront exécuter un traitement et réaliser la mise au point et l’exécution de programmes simples avec un nombre limité de variables d’entrée et de sortie et le développement de programmes avec des boucles itératives. Ceux de 4ème sauront exécuter un traitement et réaliser la mise au point et l’exécution de programmes avec introduction de plusieurs variables d’entrée et de sortie. Les 3e maîtriseront l’introduction du comptage et de plusieurs boucles conditionnelles imbriquées, ainsi que la décomposition en plusieurs sous-problèmes. La France n’est pas la seule à installer le coding dans ses classes. L’Angleterre a rendu cette matière obligatoire en 2014 dès l’âge de 5 ans, Israël l’avait fait en 2000 pour les lycéens et le Japon le prévoit en primaire dès 2020.

Le code en activité extra scolaire

Si vos enfants aiment vraiment coder, vous pouvez aussi leur proposer de développer cette activité en loisir extra-scolaire. Des organismes professionnels proposent des cours à l’année ou en stage pour tous les âges et par thématiques. Chez Magic Makers par exemple, dès 6 ans les enfants apprennent les langages Pyhton ou Scratch pour créer un jeu vidéo. Ils découvrent aussi les Lego technics, Makey Makey, l’impression 3D, App Inventor, les drones, Arduino Unity, App Inventor, Minecraft etc.

 https://youtu.be/wXXQcrrioe0

Sources : Education.gouvLe MondeLudoviaL’ExpressBulletin OfficielTélérama