La télémédecine vient d’être vitaminée en France grâce à une période d’expérimentation destinée à fixer les bases tarifaires des actes. Une avancée qui apporte aux professionnels de santé des perspectives plus concrètes.

La Consult-Station, cabine de télésanté contre les déserts médicaux

La cabine de télémédecine développée par la société H4D a pour mission de palier l’isolement sanitaire de certaines zones. En France, précise le créateur de ce dispositif « on dénombre 3 500 villages avec le 1er médecin à plus de 80 km ». Une fois assis sur le siège, le patient s’identifie avec sa carte vitale et prend lui-même ses données (température, pression, fréquence cardiaque, taux d’oxygène dans le sang) avec l’aide d’un médecin à distance et d’un écran. Cette Consult-Station est actuellement déployée dans 3 centres en France mais une quarantaine de commandes émanant de l’Hexagone sont en cours et le projet prend une dimension internationale avec l’ouverture sur de marchés comme les USA et les pays scandinaves (source ActuSoins).

La télémédecine, bientôt reconnue par la Sécurité Sociale en France ?

La télémédecine est définie par le Ministère comme une pratique médicale qui met en rapport entre eux, par la voie des nouvelles technologies, soit le patient et un ou plusieurs professionnels de santé, soit plusieurs professionnels de santé. Les actes de télémédecine reconnus sont :

  • La téléconsultation à distance permettant au médecin de poser un diagnostic
  • La télé expertise permettant à un médecin de solliciter à distance l’avis de confrères
  • La télésurveillance pour surveiller et interpréter à distance les paramètres médicaux d’un patient
  • La téléassistance permettant à un médecin d’être assisté par un autre professionnel de santé
  • La régulation médicale pour un premier diagnostic médical suite à un appel aux SAMU

télémédecine-sécurité-socialeSi d’un point de vue juridique, la télémédecine a déjà gagné ses lettres de noblesse, elle n’est pas encore reconnue officiellement par la Sécurité Sociale. « L’absence de cotations spécifiques pour facturer les actes » souligne Le Quotidien du Médecin reste donc un sérieux frein à sa pratique par les professionnels de santé, seules les Agences Régionales de Santé prennent en charge certains actes. Mais le dossier avance. Après décision de l’Assemblée Nationale, le financement des actes de télémédecine va être expérimenté dans 9 régions et pour une durée de 4 ans. Les domaines d’expérimentation porteront essentiellement sur des actes de téléconsultation et de télé expertise en dermatologie, psychiatrie et gériatrie. Un premier bilan sera établi en septembre 2016 par la Haute Autorité de Santé (HAS) précise le portail ActuSoins.

« Alors que la télémédecine est pratiquée dans les hôpitaux avec succès depuis plusieurs années, en particulier pour le téléAVC et la téléradiologie », cette réflexion sur le financement des actes des professionnels hors milieu hospitalier répond « aux enjeux actuels de la télémédecine, à savoir son organisation pour l’ambulatoire, entre les soins de premiers recours avec les médecins traitants et le second recours, représenté par les spécialités » comme l’a récemment souligné le Dr Pierre Simon, président de la SFT-Antel, Ssociété Française de Télémédecine.

Télémédecine et e-santé à domicile épargnées en France par la baisse de confiance dans le Numérique&Santé

Un vent de pessimisme a soufflé sur le baromètre Numérique&Santé initié par le Cercle Décideurs en Santé, le Ministère et l’ASIP. Si la contribution de l’e-santé à l’amélioration de la santé des Français recueille la quasi-unanimité (97 % de oui), les différents acteurs de santé participant au 3e sondage ont manifesté leurs réserves  sur plusieurs points : la capacité des systèmes à garantir la confidentialité des données, l’avenir du DMP (Dossier médical personnel) en tant que réel outil au service des patients et des médecins et l’impact des médias sociaux en santé.

Des bonnes nouvelles sont à souligner au sein de ce tableau morose. Deux domaines sont marqués par l’optimisme des répondants : l’e-santé à domicile portée par la vague des dispositifs connectés et la télémédecine, boostée par les nouvelles incitations gouvernementales.

Consultez tous les résultats de l’indice de confiance Santé&Numédique 2014

indice-santé-numérique

Des centres de télémédecine prochainement dans les supermarchés aux USA ?

Aux USA, la télémédecine a pris son envol avec l’Obamacare et 14 millions d’Américains bénéficieraient déjà de ce type de service, 200 centres de télémédecine sont opérationnels sur le territoire. Et des réseaux de grandes distribution comme Wallmart ou Target proposent d’ores et déjà des points de consultation médicale dans leurs surfaces de vente, qui pourraient être à l’avenir connectés pour devenir de vrais centres de télémédecine (source La Tribune).