Après le jeu vidéo, la santé et les divertissements,  c’est dans le monde du travail que la réalité virtuelle plonge. La révolution virtuelle peut transformer les relations professionnelles et l’univers  du travail. Formation, réunions, conférences, démonstrations, le potentiel de la réalité virtuelle en entreprise est immense.

fb-vr-une

Mark Zuckerberg en a fait la démonstration lors d’une conférence en octobre dernier, les réunions en réalité virtuelle c’est pour bientôt. Depuis la salle de conférence de San José, il a démarré sur l’application Oculus, le casque de VR de Facebook, une réunion avec ses collaborateurs Lucy et Michael, ou plutôt leurs avatars. Et comme dans la réalité, chacun pouvait manipuler, parler, présenter des documents ou encore regarder une vidéo. Les avatars peuvent aussi se transporter ensemble dans un autre univers virtuel, répondre à des appels Messenger de Facebook et prendre des selfies.

Ce service dont la démonstration a parfaitement marché en octobre, n’est pas encore annoncé officiellement. Mais l’avenir de l’espace de travail des entreprises est aussi là, au cœur de la VR dite « sociale ». La réalité virtuelle sociale est déjà une réalité pour des entreprises comme vTime, BigScreen ou AltspaceVR qui proposent des plateformes virtuelles à travers des applications. Il suffit de créer son avatar, d’inviter ses amis ou collègues à faire de même et de se retrouver virtuellement dans le décor de son choix.

Les obstacles à franchir pour la VR en entreprise

reunion-virtuelle

Le retour sur investissement reste un obstacle important. Le coût de cette technologie et sa capacité d’adoption seront déterminants. Si les prix du matériel baissent déjà, seuls 9% du grand public pense que la réalité virtuelle peut les aider au travail d’après une étude menée en Europe par le cabinet Context. Les utilisateurs ne sont ni incités ni convaincus. Mais la force de frappe de Facebook est grande et à l’heure où le réseau social pousse son offre professionnelle Workplace, sa réalité virtuelle sera elle aussi mise en avant. « L’idée est que la réalité virtuelle soit d’abord au sujet des gens », souligne Mark Zuckerberg. « Ce qui compte, c’est avec qui vous êtes. ». La sécurité, est aussi un enjeu majeur. Ces nouvelles technologies séduisantes doivent prouver leur sécurité afin d’éviter l’espionnage ou l’introduction de malwares par ces nouvelles portes dans l’entreprise.

Enfin, le déficit de compétences en réalité virtuelle est aussi en frein.  Le nombre de développeurs VR est encore trop faible et d’après un sondage Crytek, les institutions de l’enseignement supérieur possèdent en moyenne seulement 1,5 casque de réalité virtuelle chacune.

Bientôt des bureaux virtuels partout ?

minority-report-google-glasses

Entre le télétravail, la mobilité et la réduction du bilan carbone des entreprises, les réunions à distance sont devenues une nécessité. Pouvoir organiser ces réunions en réalité virtuelle pourrait devenir courant et des bureaux virtuels devraient à terme s’ouvrir en entreprise. Le bureau deviendra ainsi numérique et permettra aux collaborateurs à distance de se déplacer dans l‘entreprise à travers leur avatar. Le mélange de la réalité virtuelle et augmentée permet d’envisager un futur très proche où les espaces de travail seraient mixtes. Nos avatars virtuels finiront par prendre un café avec nos collègues et travailler à notre place…

Sources : Le Monde, Realité Virtuelle, Bakkerelkhuizen, Génération NT