Email, stockage et partage de fichiers, suite bureautique et applications en SaaS : les usages quotidiens du Cloud montent en puissance. Ils sont les chevilles ouvrières des très jeunes entreprises. Et celles-ci dessinent les contours de la vraie digital workplace, mobile-first et cloud-first, en attendant les applications de la réalité virtuelle pour le quotidien de leurs professionnels. 

cloud-digital-workplace_une

«Nous ne fonctionnons qu’en mode collaboratif sur des docs ­partagés dans le cloud et nous n’échangeons plus de mails, car nous utilisons la messagerie Google Hangouts». Voilà comment fonctionne Melty, le groupe media présent en France et à l’international avec des plateformes thématiques qui ciblent les 12-30 ans.

Seniors de 40 ans, si vous souhaitez intégrer cette équipe jeune (moyenne d’âge 27 ans) d’une centaine de personnes, c’est possible mais, comme le précise au journal Le Monde* un des responsables de la société, « il faudra adopter nos méthodes de travail, à commencer par nos outils. Il n’y a quasiment plus de papier chez Melty ». Qu’on se le dise ! Cet exemple est sans doute représentatif du rapport entre le Cloud et la Digital Workplace et des organisations typiquement mises en place par les digital natives.

« La génération Y sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même et sur la communauté, mais aussi sur sa capacité à utiliser des outils qui se révèlent plus efficaces que le savoir des ­générations précédentes. Leur savoir est aujourd’hui dans le cloud. » Melty/Le Monde

Mobilité, collaboration, application, data : clés du Cloud

L’utilisation des technologies Cloud n’est pas que l’apanage  des toute jeunes entreprises. Mais elles contribuent fortement à son adoption. Infrastructures dans le cloud, SaaS utilisé actuellement par 14% des sociétés devraient faire un bond d’ici 2018, boostés par le Big Data et l’analytics selon un sondage 451Research*. L’approche Cloud-first, précise la firme, concerne déjà 38% des sociétés engagées dans des projets ‘’d’extension de data center ou de mise à niveau matérielle et logicielle’’.

La tendance est renforcée par les utilisateurs. Plus 53 % des salariés français, allemands et anglais travaillent avec des applications Cloud, les Français étant les plus fervents avec 64% d’utilisation de ce mode, selon une enquête Blue Coat Systems*. Microsoft a récemment communiqué que 32 des 40 groupes du CAC40* ont choisi Office 365, sa suite bureautique en mode Cloud.
Les éditeurs font évoluer leurs suites de productivité. Pour Office 365 en 2017, Microsoft a annoncé des évolutions pour renforcer la sécurité, intégrer Yammer et de nouvelles fonctionnalités, faciliter la création de groupes de travail et mieux exploiter l’intelligence artificielle pour la recherche de documents édités avec la suite. De son côté, Google recentre tous ses produits professionnels autour de l’appellation Google Cloud et ses Google Apps autour d’une G-Suite avec de nouvelles facilités pour les recherches de fichiers et l’accès à certaines fonctionnalités.

digital-workplace-cloud

Ça bouge aussi beaucoup pour le stockage et partage de fichiers. Box, utilisé par 60% des entreprises Fortune 500 développe de nouvelles fonctionnalités pour les secteurs verticaux. Box, concurrente de DropBox multiplie aussi les partenariats, entre autres avec Google récemment et Microsoft il y a deux ans pour héberger plus massivement des données, et développer l’hébergement en Europe.  DropBox a annoncé l’ouverture d’un data center en Allemagne dont tous ses clients business pourront profiter. La société californienne créée en 2007 apporte aussi d’importantes mises à jour pour iOS, comme la modification de pdf, la notification d’arrivée de fichiers ou le partage d’écrans. WeTransfer, d’origine hollandaise travaille à l’amélioration de son interface sur mobile pour le téléchargement de documents. Les solutions SaaS Oodrive, adoptées elles aussi par 80% du CAC 40 misent sur des offres spécifiques pour certains métiers et secteurs d’activités aux besoins particuliers (Conseil d’administration, RH, juridique, BTP).

Et bientôt la réalité virtuelle pour travailler ?

Aux outils pour la mobilité et le collaboratif, devraient s’ajouter à l’environnement de travail les technologies émergentes comme la réalité augmentée et virtuelle et l’intelligence artificielle.  Le Cloud en sera aussi évidemment le pivot. «L’homme numérique représente une nouvelle forme d’humanité, avec une troisième main, son smartphone, qui lui permet d’avoir accès à son deuxième cerveau, où se trouve un savoir infini, et de le partager en toute situation» concluait l’un des responsables de Melty.

Le mobile n’est a priori qu’une des facettes des bouleversements en cours. Dans l’étude Dell/Intel ‘’How is work today? The future workforce study’’*, les technologies sont essentielles pour l’amélioration du travail à distance, de la communication et la productivité et sont des critères de choix pour postuler.

La réalité augmentée et réalité virtuelle sont pressenties pour servir la formation professionnelle, la conception de produit, le marketing, la collaboration et la socialisation entre collègues selon les personnes sondées (tableau ci-dessous).  Cette vision se rapproche des espoirs d’Oculus. La division VR de Facebook envisage d’ici 5 ans une technologie mixant réalité virtuelle et réalité augmentée pour créer en temps de réel des avatars de collaborateurs et de nouveaux espaces de travail virtualisés, selon l’Usine Digitale.

digital-workplace-oculus-vr

digital-workplace-dell

Sources : Le Monde, ZDNet/Cloud, ITR mobiles, JDN, TechRepublic, Les Echos, JDN/WeTransfer, JDN/Oodrive, Dell, Usine Digitale