Télésurveillance, puces RFID, capteurs miniaturisés, de nombreuses technologies envahissent l’univers médical pour améliorer la réactivité des équipes médicales et la relation médecin-patient.

Stylo communicant, télésurveillance et visioconférence pour les dialysés

L’association française Calydial a reçu l’Award de l’Innovation au salon HIT 2012 pour ses projets de télémédecine. Elle assure, entre autres chaque année, le suivi de plus de 200 patients atteints d’insuffisance rénale. Les médecins de Calydial peuvent suivre en direct et à distance des patients en traitement dans un centre délocalisé de dialyse médicale. Caméra et système de visioconférence sont installés au chevet de la personne en cours de soins.

RFID pour le suivi médical en temps réel

Suivi de la supply chain dans un centre de radiologie, enregistrement des déplacements des personnels hospitaliers et de l’utilisation des équipements pour analyser et améliorer l’efficacité de l’organisation, suivi de patients en radiothérapie…  Aux États-Unis, la technologie RFID est testée depuis le milieu des années 2000 et devient opérationnelle à tous les niveaux du secteur médical,  pour l’optimisation de la productivité des établissements jusqu’à la personnalisation des soins.

©Calydial

Elle peut être également déclinée sur l’emballage des médicaments, pour le suivi des dates de péremption par les pharmaciens par exemple (voir l’article Smart packaging pour l’industrie pharmaceutique) et également, pour aider médecins et patients à suivre les prises médicamenteuses.

Une société canadienne IMC s’est d’ailleurs spécialisée sur ce marché en commercialisant des packagings intelligents capables, via un lecteur, d’enregistrer la date et l’heure de la prise du médicament, de rappeler l’heure de la nouvelle prise et de détecter des réactions indésirables. Ces données peuvent être exportées en format CSV pdf ou sur une feuille Excel. La vidéo de démonstration

Les capteurs pour déceler un cancer du sein ou effectuer le suivi de pacemakers

Intégrés dans le tissu de vêtement, de draps de lit, les micros-capteurs seront bientôt capables de surveiller température, pression sanguine, activité cardiaque, voire même les risques de développement de cancer du sein s’ils sont intégrés aux fibres d’un soutien-gorge. Comme le rapporte la synthèse Le monde de la e-santé d’un spécialiste de l’industrie pharmaceutique, ces capteurs pourront également déclencher des traitements sur la base de capsules dégageant des principes actifs, dans les pansements par exemple.

Appliqués au suivi des implants cardiaques, ces capteurs permettent un suivi à distance des patients avec un pacemaker grâce à une transmission des données depuis le domicile des patients au médecin. Le système est actuellement commercialisé par les laboratoires Sorin, spécialisés dans les technologies cardiaques.

 

Patchs de géolocalisation

Intégrés sous la peau, des systèmes embarqués miniaturisés sont également en test depuis 2011 dans le Sud-Ouest de la France sous le nom de projet SACHA pour localiser les déplacements ou les éventuelles chutes de de personnes atteintes d’Alzheimer ou à mobilité réduite.

©Fabrice Vezin