L’usage commercial des drones est un segment très prometteur. Dans l’Hexagone, plusieurs start-ups se distinguent. L’enjeu pour s’imposer sur le créneau industriel : améliorer la précision des données recueillies et le traitement du Big Data.

drone-parrot-agriculture_une

Les usages professionnels des drones se multiplient. Photographie aérienne, surveillance, agriculture, sécurité publique font partie des principales applications. Dans le secteur industriel, les usages qui prédominent actuellement sont liés à l’inspection, la sécurité d’infrastructures, de sites dans des zones difficiles d’accès ou dangereuses comme le montre le tableau ci-dessous dressé par le cabinet Oliver Wyman. Mais le catalogue reste quasiment à inventer.

Drone-Usage-Wyman

L’enjeu majeur tourne autour de l’information, cette valeur ajoutée des drones qu’ils peuvent apporter avec l’évolution des technologies électroniques, logicielles embarquées et Cloud pour améliorer la précision de la reconnaissance visuelle et l’efficacité de la collecte et du traitement Big Data. La société américaine 3D Robotics montre l’exemple. Elle couple les missions de recueil d’informations  de ses drones à un Cloud. Ainsi, images HD, cartes numériques, modélisation), toutes  « les données peuvent aussi être envoyées vers d'autres systèmes de conception et d'ingénierie professionnels » note l’entreprise.

Les applications professionnelles donnent des ailes à l’innovation made in France

Parrot est le nom qui revient sur toutes les lèvres lorsqu’on parle de drones civils loisir et de pionnier en France. L’entreprise cherche depuis 2013 à booster son activité drone professionnel en investissant en R&D, marketing et par acquisition en ciblant des applications de cartographie, d’inspection de sites, de surveillance ou destinées à l’agriculture de précision. Et la notoriété de cet acteur français, couplée au potentiel des drones pour des usages professionnels encourage l’innovation par les start-ups.

Les dernières expérimentations démontrent le potentiel dans ce domaine. Les drones Donecle font l’inspection de la surface d’un avion en 20 minutes, en lieu et place de 20 personnes mobilisées pendant 8 heures. Donecle s’est récemment distingué avec le Prix Jeune Entrepreneur La Tribune dans la catégorie Start.  Pixiel, start-up nantaise a développé une solution de drones filaires capables d’accomplir des missions avec quelque 6 heures d’autonomie. Xamen Technologies a obtenu la première certification pour l’utilisation de drones en atmosphère explosive (ATEX) et a réalisé à titre de démonstration la livraison de colis sur une plate-forme pétrolière au large du Danemark.

Orbit suit la tendance. Cette toute jeune start-up, à peine sortie de l’incubation est déjà récompensée par le 1er prix du Trophée Epitech Innovativ Projects 2016. Orbit a conçu un drone Open Source dédié à l’inspection de sites industriels. Le projet a été mené en partenariat avec Bouygues Energies & Services qui l’utilise déjà sur ses implantations. L’originalité du projet par rapport à ce qui existe sur le marché : ses concepteurs ont trouvé des solutions pour stabiliser le drone sur une zone et récupérer des données plus précises. Quant à  « l’ingrédient magique, selon Clément Ouanhnon l’un des 12 étudiants participants, il réside dans le développement de 2 applications. L’une sur smartphone, elle permet de récupérer les données et de les afficher sous forme de graphiques pour aider le pilote à mieux manœuvrer son engin. La seconde est 1 application pour ordinateur. Elle  permet au pilote de créer son parcours et d’automatiser le parcours du drone. » Ce projet d’étude a été mené pendant 3 ans.

 

Le marché des drones professionnels est en plein boom

La filière française naissante du drone civil compte déjà plus d’un millier d’acteurs et représente plus de cent millions d’euros de chiffre d’affaires annuel selon les estimations du cabinet Oliver Wyman, plusieurs centaines de millions d’euros selon le Conseil du drone civil. Le marché mondial est actuellement évalué à 1,6 milliard d’euros.

La croissance dans les 10 prochaines années sera soutenue  par les usages et services professionnels (répartition ci-dessous), le recueil et l’analyse de données, lorsque les business modèles deviendront viables grâce à une règlementation européenne harmonisée et des coûts plus compétitifs face aux solutions actuelles (satellites, hélicoptère, aviation légère). Les perspectives de croissance sont évaluées à 19% par an d’ici 2020 selon BI Report. En France, la société toulousaine Delair-Tech, constructeur de drones industriels et fournisseur de solutions informatiques et d’aide à la décision a connu une croissance de 1000% depuis sa création il y a 5 ans. Elle a aussi réalisé récemment une levée de fonds de 13 millions d’euros.

IoT-drone-application

La filière française du drone civil s’organise

Un Conseil national du drone civil a été créé en juin 2015 pour fédérer des initiatives très morcelées. En parallèle à l’actualisation de la réglementation sur le territoire où la France a fait figure de pionnière dès 2012, les objectifs du Conseil sont de définir des priorités technologiques et une stratégie pour un développement de l’offre française à l’international.

FPDC, la Fédération Professionnelle du Drone Civil regroupe les opérateurs (plus de 300), les constructeurs (une quarantaine, parfois aussi opérateurs),  les revendeurs (une trentaine, certains étant aussi opérateurs et constructeurs),  une vingtaine de centres de formation (conception, télépilotage, prises de vue, etc.) et divers membres regroupant des organisations institutionnelles (autorités, pôles de compétitivités), centres de recherche, assureurs, etc.