Segment du mobile learning et e-learning, le micro-learning  s’inscrit maintenant dans la palette d’outils pour les DRH à des fins de formation professionnelle. Les sessions se pratiquent sur smartphones ou autres devices, à partir de séquences très courtes qui peuvent être consultées et reconsultées anywhere, at any time.

micro-learning

Sur un terminal mobile, notre capacité de concentration est plus faible que celle d’un poisson rouge, note non sans humour la société Social Learning, à l’origine de Preda, spécialisée en micro-learning  (voir illustration ci-dessous). Ce n’est pas flatteur mais c’est une réalité dont il faut tenir compte pour la diffusion d’informations, et particulièrement en matière de digital learning.

Et c’est l’un des principes de base du micro-learning : profiter de nos courts moments  de concentration, de disponibilité et utiliser le meilleur de la technologie. Dans les transports en commun, entre deux rendez-vous, en 30 secondes, 2 ou 5 minutes, avec un smartphone mais pas uniquement, nous pouvons compléter ou réviser nos connaissances, à notre rythme et en toute autonomie.

« Aujourd’hui, la formation est souvent vécue comme une contrainte. Contrainte de disponibilité, d’ancrage mémoriel mais aussi de concentration. Le micro-learning , grâce à une succession d’activité de formation sur des temps très courts, s’intègre parfaitement dans le quotidien de l’apprenant. » Frédéric Domon, Social Learning

une-question-de-temps

Avec le micro-learning , la formation en ligne s’adapte à la digital workplace

Facile d’accès, depuis un smartphone, une tablette ou un PC, flexible, le micro-learning  répond aux comportements induits par la généralisation des usages du numérique. Il répond aux contraintes et besoins des apprenants connectés, ultra sollicités et zappeurs invétérés.

Les employés ne disposent que de 1% du temps de travail hebdomadaire pour se consacrer à leur formation et à leur développement personnel, selon une enquête sur l’apprenant du XXIe siècle menée par Bersin by Deloitte. Le micro-learning  apporte aux directions de ressources humaines et responsables formation des offres adaptées et par ce biais, une nouvelle opportunité de participer à la transformation digitale de leur entreprise.

microlearning-bersin

Les séquences très courtes peuvent varier de 30 secondes à 5 minutes en moyenne. Le contenu est restreint à un message spécifique, il est conçu pour demander peu d’effort, et il est traité de façon attractive et interactive, comme avec les vidéos avec QCM par exemple. En alliant images et textes, ce format permet en un temps record de traiter un même sujet de différentes façons. Ces formations express, en consommation ‘’in the pocket’’ pour l’apprenant peuvent être déclinées en plusieurs séquences indépendantes pour être individualisées ou couvrir une thématique plus globale. Et elles sont performantes constatent les pédagogues et responsables de ressources humaines.

Micro-learning  : des formations utiles et efficaces pour la mémorisation

Le micro-learning  est l’une des 10 technologies incontournables de la Digital Workplace, aux côtés entre autres du Cloud ou des assistants virtuels selon Gartner. Selon ses analystes, le micro-learning  aide les employés à acquérir des compétences supplémentaires sur le nouveau lieu de travail connecté. Cela implique des formations formelles et informelles à la culture numérique dans le contexte professionnel, qui peuvent être dispensées au moyen de vidéos, de quizz ou de SMS.

« Plus la formation est courte et facilement disponible, plus elle devient utile. » Matthew Cain, Gartner

Ces formats favorisent en effet les acquis sur le long terme. Et c’est un des atouts clés de cette nouvelle modalité d’apprentissage. Il est en effet convenu, selon la courbe de l’oubli, que dans une formation classique, 90% des contenus sont oubliés en un mois.

Que peut-on apprendre avec le micro-learning  ?

L’éventail des thématiques est très large, des apprentissages pratiques (fonctionnalités d’outils bureautiques, argument commercial, procédure de maintenance, etc.) aux connaissances plus théoriques. Les sujets sont aussi adaptés à la demande pour des préoccupations identifiées par l’entreprise. Certains acteurs de la formation se sont faits les spécialistes de domaines particuliers, comme :

Les fonctionnalités d’outils bureautiques : Vodeclic par exemple dispense des modules courts de formation pour plusieurs centaines d’applications utilisées en entreprise, suite Office, LinkedIn, Prezi, etc..

La sécurité informatique et ses bonnes pratiques : c’est le cheval de bataille de la société Conscio Technologies. Elle affiche des références de renom dans les secteurs de la banque, de l’assurance, de l’énergie, etc.

Les gestes techniques  dans l’industrie grâce au Peer-to-Peer : la transmission de savoir-faire entre professionnels est aussi un axe du micro-learning . Les techniciens de terrain peuvent filmer des procédures, créer des tutoriaux et les partager grâce à ce modèle de formation. La start-up nantaise SpeachMe, très en vue suite à une importante levée de fonds pour une implantation aux USA s’est lancée sur ce créneau. Contraction de Speech et Teach, SpeachMe propose une plate-forme en ligne avec un kit matériel et logiciel pour créer des séquences pédagogiques de 10 mn maximum à base de vidéos, quizz et documents. Airbus Silicon Valley, Tesla ou encore Schneider Electric, SNCF, La Poste ont déjà fait appel à cette solution. SpeachMe revendique 500 000 utilisateurs à travers le monde.

Quel business modèle pour le micro-learning  ?

L’arrivée de start-up dans ce domaine (Preda, Grovo, SpeachMe) et l’adaptation des sociétés de formation a permis d’étoffer les offres au fil des 2 dernières années. Cégos parle du micro-learning  comme « d’une bonne stratégie de formation » grâce à sa flexibilité et à son adaptativité. Les solutions se consomment majoritairement en SaaS, souvent sous forme d’abonnement par utilisateur, qui peuvent aussi bénéficier de séquences, en mode off line. Des plateformes de création de contenus en interne, à l’instar de Speachme sont aussi sur le marché.

Pour les entreprises, comme les formations en général, les solutions de micro-learning  peuvent se décliner en plusieurs formules : clés en mains, personnalisables sur la base de gabarits, entièrement conçues pour la problématique de l’organisation et/ou d’un métier. Les solutions de micro-learning sont généralement assorties de tableaux de bord pour suivre la performance du plan de formation engagé.

Sources : Le Journal de l’Eco, Global Security Mag, LMI, Bersin/Deloitte, Fusacq, Elearning News