GitHub est devenu un outil majeur pour la communauté des développeurs open source. Sa plate-forme héberge des plus modestes aux plus ambitieux projets logiciels. Avec ses concurrents et Software Heritage, projet d’archivage de tous les codes open source du monde : bienvenue dans les coulisses du numérique, passé, actuel et futur.

open-source-github_une

github-octocatGitHub est un nom familier à tous les développeurs. Pour l’usager lambda de services numériques, le nom et le logo ‘’Octocat’’ n’évoquent sans doute rien. Et pourtant GitHub est devenue une plate-forme cloud communautaire centrale pour le développement de logiciels open source pour le web, la mobilité ou la data. Elle héberge en effet le plus grand nombre de projets dans le monde.

 

Amateurs, développeurs indépendants, institutions, gouvernement américain ou NASA et grands acteurs IT, tous ont utilisé au moins une fois ou utilisent régulièrement la plate-forme pour consulter du code, commenter, modifier, stocker et faire évoluer leur projet ou celui d’autres contributeurs. GitHub est doublé des fonctions d’un réseau social dédié aux échanges entre développeurs.

GitHub : une incroyable success story

En quelques chiffres, la plate-forme a été lancée en 2008. Du haut de ses 8 ans, la start-up héberge 47 millions de projets et accueille 18 millions d’utilisateurs. 5,8 millions d’entre eux ont été actifs entre octobre 2015 et 2016, près de 20 millions de dépôts ont été faits à cette même période, selon les chiffres publiés par la plate-forme (extraits ci-dessous).

open-source-github-facts

Son business modèle est mixte, conjuguant gratuité pour les projets publics et espaces privatifs facturés 7 dollars par mois. Avec son programme Organization, GitHub propose également des espaces privés avec une interface d’administration pour les équipes. Ces forfaits sont monétisés de 9 à 21 dollars mensuels par utilisateur.

La version Enterprise à laquelle ont adhéré par exemple Deezer, Paypal, Hootsuite ou Viméo est commercialisée à 2 500 dollars annuels pour 10 utilisateurs. Les entreprises ont été 331 000 à travailler sur GitHub au cours des 12 derniers mois. Microsoft en tête, Facebook et Google sont dans le top 5 des entreprises avec le plus grand nombre de contributeurs.

GitHub affiche aussi avoir séduit la moitié des ‘’Fortune 50’’ et ‘’Fortune 10’’ avec ce service professionnel. Un phénomène qui illustrerait « une fusion de l’open source et des communautés ouvertes avec le monde de l’entreprise » selon les propos de son VP Sales Manager international. Avec cette perspective, GitHub enrichit régulièrement son offre de nouveaux services, comme des outils de plus en plus complets et spécifiques de gestion de projet.

La société basée à Sans Francisco a bénéficié en 2013 et 2015 de deux levées de fonds, de respectivement 100 et 250 millions de dollars. Et cette licorne était évaluée il y a un an à 2 milliards de dollars. Elle compte actuellement 599 employés dans le monde.

L’hyper croissance de GitHub n’est évidemment pas qu’un long fleuve tranquille. Outre des problèmes internes, la plate-forme a été victime de plusieurs attaques DDoS en 2015 qui ont paralysé son activité pendant plusieurs heures. Récemment, GitHub a été affecté par le malware Mirai qui a ralenti de très importants services web.

GitHub doit aussi payer son succès et affronter la concurrence. Des services comme GitLab, Bitbucket, Codeplan ou sourceforge font partie de l’alternative.

Software Heritage : « l’archive universelle » du code source

Software Heritage est une plate-forme d’une tout autre dimension que les différents espaces de développement open source cités ci-dessus. Elle ambitionne d’en être la mémoire exhaustive.

En partant du principe que le code source public et l’historique de toutes les versions de développement sont un véritable patrimoine numérique à protéger, en France, l’INRIA (Institut national de recherche dédié au numérique) s’est lancé un grand défi. Son objectif : « collecter, organiser, préserver, et rendre accessible à tous, le code source de tous les logiciels disponibles […]  pour créer une archive universelle, une moderne ‘’bibliothèque d’Alexandrie’’ du logiciel ».

open-source-heritage

Au-delà de cette volonté de préservation, les chercheurs souhaitent faire de Software Heritage un répertoire au service de la recherche en sciences du numérique, des industriels et de l’éducation. Analyser les évolutions de la qualité du code, la sécurité, améliorer la traçabilité, détecter les failles, constituer une bibliothèque d’exemples pour les enseignants et étudiants sont autant de missions sous-jacentes au projet.

Software Heritage dispose déjà d’une interface fonctionnelle et d’un fonds de « 200 To de données et plus de 45 millions de projets open source consultables, soit 3 milliards de fichiers différents » selon le CTO de cette méga compilation logicielle.

Sources : GitHub, Frenchweb, INRIA, Sofware Heritage, ZDNet