Omniconnecté, multi-écran et multiplateforme, tel est le profil de notre prochaine vie numérique.

« Will the device be king? »
Les iDevices seront-ils roi ? C’était le thème choisi par l’Idate, centre européen d’études sur les télécoms, Internet et les medias pour son rendez-vous annuel, le DigiWorld Summit.
Derrière cette question : la difficulté croissante des fabricants de smartphones à se différencier sur le marché. Et les réponses issues des conférences n’ont pas été forcément dans leur sens.
Face aux caractéristiques techniques relativement comparables des derniers équipements, seule une baisse substantielle du prix de vente pourrait permettre à ces fournisseurs de se distinguer, mais au détriment de marges déjà restreintes.

La revanche du contenu et des utilisateurs
Les spécialistes invités à l’événement ont acté que les contenus associés : applications, services de recherche, d’informations, de mise en relation, jeux et contenus cross-media font partie de critères décisifs pour le consommateur. Au même titre que l’expérience utilisateur (simplicité, qualité de l’interface, interopérabilité des appareils) et la dimension sociale (réseaux type Facebook, Twitter, etc.) qu’on peut en retirer.

Les médias enrichis sur tablette
Entre la profusion de terminaux et la polyvalence attendue, les tablettes, 2ème écran presque incontournable, seraient actuellement bien parties pour tirer leur épingle du jeu.
Une application iPad lancée en Angleterre et bientôt aux États-Unis affirme la tablette dans ce rôle de 2ème écran. L’appli Zeebox est un guide des programmes, et bien plus. Elle offre des liens vers des articles de presse relatifs aux émissions, permet d’exprimer sa côte d’amour pour un programme et inciter ses amis à le regarder, de tweeter ses commentaires, de consulter Wikipédia et de se connecter à iTunes pour télécharger épisodes ou applications liées.
Face à ce nouveau potentiel, c’est toute la sphère des médias et des éditeurs de services de contenu qui réfléchit à l’offre qu’elle pourra fournir.

La SmartTV nouveau vecteur de valeur
La Zeebox préfigure déjà le schéma de la convergence entre TV et Internet, et de nouveaux gisements économiques.  La technologie existe et plus de 50% des TV vendues dès 2014 seront connectables.
Toujours dans la droite ligne des contenus et des utilisateurs, nouveaux rois du numérique, la SmartTV se devra d’offrir des services interactifs enrichis, VOD, émissions avec des contenus connexes, possibilité de partager des commentaires en temps réel avec son réseau social, et bien sûr de la publicité très ciblée. Tout ça sur le même écran et avec la même télécommande.

Des investissements pour le très haut débit
Derrière cette future déferlante de connexions et la croissance exponentielle du trafic des données, le DigiWorld Summit a mis en évidence la nécessité d’adapter les infrastructures pour généraliser l’accès au très haut débit.
Face à une pénétration dans les foyers aux États-Unis et au Japon de 35 et 40 %, de 18 % en Europe, la France et ses 10 % fait figure de retardataire. Pour une couverture globale de l’Hexagone, sur les 21 milliards d’euros d’investissement à consentir en 15 ans d’après l’ARCEP, 2 milliards ont déjà été insufflés pour les grands centres urbains, les 19 milliards restants devront être partagés entre acteurs publics et privés.

Une adéquation complexe
Tous les acteurs de la chaîne numérique sont désormais enchaînés à une très forte dynamique systémique. Comme le résume très bien Pascal Lechevallier dans son blog Digital Home Revolution : « ce nouvel écosystème qui est en train de prendre forme révèle une véritable interdépendance de tous ses maillons : le réseau sans qui rien n’est possible, le terminal auquel le consommateur s’identifie de plus en plus en le transformant en « identifiant social », mais aussi les contenus (programmes et services) qui transitent par les premiers pour alimenter les seconds. »