L’introduction des NTIC dans l’éducation oblige élèves, enseignants, et parents à apprendre et à communiquer autrement.

Les élèves entre 2 modes de fonctionnement

Les élèves maîtrisent-ils les NTIC ? Dans leur sphère privée, pour la majorité d’entre eux, cela ne fait pas de doute pour les outils les plus communs. Communiquer et partager spontanément et instantanément avec leur réseau en ligne, consulter des vidéos ou écouter des fichiers audio (mais rarement au-delà de 2 minutes), écrire des sms en langage abrégé sur smartphones, à tout moment et en tout lieu sont des activités et des comportements parfaitement intégrés, parfois trop diront certains, dans le quotidien des jeunes.

Mais en classe, les codes imposés sont différents et requiert une adaptation à un cadre plus contraignant : plus d’attention et de concentration, plus de travail de groupe, un langage plus élaboré, des interventions orales plus structurées, pas d’utilisation du smartphone ni de mise à jour de profil ni de blogs, pas de chats pendant les heures de cours…

Autant dire un véritable choc culturel pour certains élèves comme le souligne un article edutopia The Digital Lives of Teens : Code Switching. Même si l’enseignement s’appuie sur les nouveaux outils numériques, leur utilisation dans un but éducatif demande aux élèves un véritable apprentissage, pas vraiment de la technologie en elle-même mais de tout son potentiel et de sa finalité. Un périmètre où l’enseignant joue un rôle essentiel.

Une remise en question pour les enseignants

Avec de nouveaux outils à leur disposition et des élèves rôdés en dehors de la salle de classe à des usages précis des NTIC, les enseignants sont aux aussi confrontés aux besoins de d’adapter leurs méthodes. La classe inversée en est un exemple (voir article e-media La classe inversée ou des vidéos à la place des cours).

Profiter de l’excellente maîtrise du relationnel online des élèves pour créer de nouveaux moyens de canaliser leur apprentissage ou les former au travail collaboratif, leur offrir plus de choix et laisser place à leur créativité pour mettre en pratique leurs connaissances théoriques, créer de véritables échange entre élèves et, entre élèves et enseignants, transformer le professeur magistral en catalyseur,  facilitateur de découvertes font partie des préconisations de certains professionnels de l’enseignement (voir l’article Technology Integration for the New 21st Century Learner) pour réussir le challenge de l’intégration du digital dans les enceintes scolaires.

Les NTIC à l’école demandent-elles aussi un effort aux parents ?

Si l’adaptation des enseignants aux nouvelles technologies est un sujet central, peu d’études se penchent sur le changement que les TICE induisent auprès des parents. Nombre d’entre eux maîtrisent certainement moins aisément les nouvelles technologies que les jeunes. Mais ces parents peuvent y trouver l’occasion de créer de nouvelles relations avec leurs enfants en se familiarisant avec les dispositifs en ligne mis à disposition par les établissements.

Les parents sont confrontés, et certainement en bien, à une information plus régulière sur la vie scolaire,  les activités, les devoirs à exécuter et les résultats de leurs enfants. Une forme de communication différente des anciens bulletins trimestriels plutôt laconiques et qui peut permettre aux parents de jouer eux aussi un rôle plus actif dans la scolarité de leurs enfants.

Quelques rares enquêtes (Étude du Syndicat de l’édition en France) ont démontré que leur approche du déploiement des outils numériques en environnement scolaire est ressentie de façon très positive pour :

  • Créer une véritable égalité des chances face aux nouvelles technologies
  • Alléger le traditionnel cartable
  • Rendre l’enseignement plus interactif
  • Accélérer la formation des enseignants

En Grande Bretagne et aux États-Unis, des parents interrogés sont aussi favorables à l’usage des terminaux mobiles, entre autres les tablettes. Ils en espèrent de nouvelles sources d’apprentissage et la possibilité pour leurs enfants d’avoir un rôle plus actif en classe (voir l’article Parents Press for Mobile Tech in Education ou What do Kids Say Is the Biggest Obstacle to Technology at School).