Des laboratoires, aux entreprises et start-up high tech, en passant par un géant comme Google, nombreuses sont les organisations qui développent des recherches, des solutions technologiques et des services dans l’univers des technologies appliquées aux fondements de la ville intelligente.

smart-citiesDes outils d’échanges et de gestion pour les acteurs de la smart city

Que tous les gestionnaires de solutions en faveur de la transformation des villes puissent échanger, partager leurs expériences, évaluer et gérer plus efficacement les innovations mises en œuvre est l’objectif de Citymart. Cette plate-forme a été développée en Espagne  et est utilisée par des villes comme Londres, Paris, Barcelone, San Francisco, Fukuoka au Japon ou Mexico City).

AirparifLa qualité de l’air sur smartphone

Enjeu de santé publique, économique et environnementale et sujet de préoccupation des citadins, la surveillance de la qualité de l’air, les alertes et mesures en cas de dépassement des normes officielles sont des actions menées de longue date dans de nombreuses métropoles. En Ile de France, Airparif est une association agréée créée dès 1979. Elle dispose maintenant de plus de 70 stations de surveillance dans la région pour une population de 11 millions d’habitants. Elle publie quotidiennement sur son site les indices de qualité de l’air du jour et les prévisions pour les jours à venir. Airparif a tout naturellement mis à disposition une partie de ses informations via une application mobile (Android et iOS). Ses prévisions sont basées sur des systèmes logiciels de modélisation et d’analyse, comme ceux développés par la société Numtech, sur la base de nombreux paramètres : météorologie, densité du trafic, rejet polluant, etc.) .

Des app’ mobiles pour l’expression démocratique

Dans le registre ‘’données et démocratie’’,  le centre de recherche Citris (Center for Information Technology Research in the Interest of Society) affilié à l’université de Berkeley en Californie a développé AppCivist une plate-forme logicielle pour favoriser via des applications l’expression des opinions et de l’action collective. Citris est un partenaire du laboratoire international City Lab  dépendant de l’Inria. City Lab est dédié à l’étude de solutions TIC pour les smart cities favorisant les évolutions sociales et environnementales durables.

logiciel-AppCivist

L’info géolocalisée dans les transports collectifs

Comment rendre les transports en commun plus supportables pour les usagers ? Une réponse est proposée par l’entreprise Group Control qui envisage de tester son dispositif sur le réseau métropolitain new-yorkais. À la base : une technologie déjà exploitée dans le secteur du retail : les beacons. Ces petits capteurs en proximité permettraient la géolocalisation des smartphones et l’envoi d’information push aux usagers sur le planning, les retards, des solutions alternatives pour leurs moyens de transports en commun.

Velicule-automatique-LaRAEn route pour les véhicules sans chauffeur

En marge du ‘’Projet X’’ de Google pour les véhicules autonomes (voitures, drones), le laboratoire français LaRA (La Route Automatisée) travaille sur les technologies liées aux systèmes de transports intelligents. Ces recherches sont menées en collaboration avec des industriels et scientifiques français et internationaux comme ceux de l’équipe RITS de l’Inria,  qui planchent sur développement des ‘’cybercars, véhicules urbains du futur avec conduite totalement automatisée’’.

Minimiser le coût carbone de la collecte et du recyclage des déchets

Trop de rotation de véhicules de collecte pour des poubelles ou containers à moitié pleins et parfois vides ?  Enevo, société finlandaise propose de réduire de 40 % les coûts grâce à un système de capteurs dans les containers relié à un système centralisé de visualisation en temps réel et de planification de la collecte. Start-up créée en 2010, Enevo a déjà implémentée sa technologie dans plusieurs villes de 25 pays selon Forbes (From Espoo To New York City: How A Finnish Startup Is Trying To Disrupt The Waste Management Industry).

Google réfléchit à un aéroport et une ville-modèle

Avec la géolocalisation des usagers, le traitement des données, après ses travaux sur le potentiel de la robotique et des voitures sans chauffeur, Google se lancerait dans des projets à plus grande échelle. Avec un nouveau laboratoire de recherche sous le nom de code ‘’Projet Y’’, Google aurait pour ambition d’explorer les possibilités d’optimisation pour les aéroports et les smart cities (Google Y, quand Larry Page s’attelle à la ville de demain, Frandroid).