Dans la lutte contre l’échec scolaire tous les moyens sont bons ! Alors après les tablettes, c’est au tour des robots d’aider les enfants en difficulté scolaire, mais aussi ceux en situation de handicap.  Ce soutien d’un nouveau genre a l’avantage de séduire très vite les écoliers et de gagner leur attention rapidement.

classe-abeille-une

Quand les robots entrent en classe, l’effet est immédiat, les enfants sont captivés et attentifs, le robot fédère les élèves autour des projets. C’est ce qui s’est passé par exemple à l’école élémentaire Willy-Brandt à Élancourt (78). Les jeunes élèves sont initiés à la culture numérique dès la maternelle grâce à de nouveaux petits compagnons robotiques, dans le cadre du challenge Sqyrob. Première édition de ce projet interclasses, le challenge Sqyrob lancé dans le bassin d’éducation de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2016, propose aux enfants de différentes écoles, d’apprendre à coder et à programmer à l’aide de différents robots.

abeille-classe

« L’utilisation de robots rend concrète la programmation. Les élèves voient concrètement l’incidence des commandes sur le fonctionnement du robot », explique Philippe Roca, chargé de mission à la délégation académique au numérique éducatif. Le projet implique de nombreuses matières comme les sciences et la technologie bien sûr, mais aussi le français, les mathématiques ou encore les arts visuels. Les élèves et les enseignants ont ainsi travaillé à la programmation d’un robot pour réussir à lui faire exécuter des figures et suivre un parcours imposé.  « Nous sommes de plus en plus dans du partage de connaissances, dans l’envie de travailler ensemble pour aboutir à la réussite du projet » précise Sophie Chauveau, professeur des écoles  en classe de CM1 à l’école des Petits Près à Élancourt. « Les enfants s’impliquent dans chaque outil proposé et essayent de surmonter les difficultés. Ce qui me motive au plus haut point c’est la volonté de mes élèves ».

abeille-robotA l’école maternelle Willy-Brandt l’enseignante, Patricia Dutertre souligne aussi le lien créé par les petits robots en forme d’abeille. « Il y a un côté affectif, les enfants se sont attachés aux petits robots, les abeilles font vraiment partie du vécu de notre classe ». En mai dernier, les classes ont pu présenter leurs challenges au palais des sports d’Élancourt devant un jury de professionnels et sous les yeux des élèves plus motivés que jamais. Les robots devaient exécuter un parcours afin d’aller toucher une balle en mousse sur la ligne d’arrivée. Tous n’ont pas réussi mais élèves et professeurs étaient mobilisés et engagés ensemble pour y parvenir, ce qui constituait le vrai challenge.

http://webtv.ac-versailles.fr/spip.php?article1219

Jouer au Lego à l’école

Simples et puissants les robots Lego sont utilisés en primaire et au collège pour initier les enfants à la robotique. A Biarritz, le professeur de technologie Jean-Pierre Molia les utilise par exemple dans ses cours au collège de l’Immaculée Conception. « Cela permet aux élèves de construire leur robot, puis de le programmer. En primaire et collège on copie les modèles existants, au lycée on va pouvoir associer le robot avec d’autres variables et lui faire exécuter plusieurs actions simultanées. » L’utilisation des robots Lego est ludique et facile, les erreurs n'empêchent pas la réussite du projet. « C’est toujours réussi à la sortie : le robot Lego est toujours beau car ce sont des pièces préfabriquées ; la pédagogie de l’erreur intervient car si je me trompe, je peux m’améliorer » explique le professeur.

Les robots viennent en aide aux enfants autistes

leka

A Élancourt, les robots de l’école maternelle Willy-Brandt sont aussi là pour aider les enfants autistes. L’établissement est le premier du département  à accueillir une classe pour enfants autistes. Dans cette commune très en avance sur le numérique à l’école, cette classe utilise elle aussi la technologie pour aider les élèves. « Le numérique permet une autonomisation naturelle de l’élève qui prend plaisir à apprendre notamment au contact de robots humanoïdes », précise Jean-Marc Monguillet, président de l’association Sessad Aidera.

Une startup s’est d’ailleurs lancée le défi de créer un robot au service des enfants handicapés. Baptisé Leka, le robot interactif aide les enfants à progresser et à apprendre en s’amusant grâce à ses capteurs et ses stimulations sensorielles. Le robot sphérique vibre, bouge, s’illumine et émet des sons qui captent l’attention des enfants et les incite à jouer avec lui. Actuellement en précommande sur Indiegogo, Leka sera commercialisé en 2017.

Sources : Innorobot, 78Actu, TheVergeLekaSpheroLudoviaEdusolDélégation académique au numérique éducatif