Avec les plateformes de cobaturage, co-avionnage ou de comotorage, les transports récréatifs et communautaires se posent en alternative pour partager de nouvelles expériences avec de petits budgets. Évidemment, quelques précautions s’imposent avant de choisir vos prochains compagnons de route.

transport-collaboratif-cobaturage_une

L’économie de partage et le succès de Blablacar sont passés par là et ont donné des idées. En marge du covoiturage, de nouvelles plateformes de mise en relation ont vu le jour avec un véritable esprit de partage, et parfois, revers de médaille, avec une démarche très commerciale, souvent assimilée à l’ubérisation. Il ne tient qu’à vous de choisir la formule qui correspond le mieux à vos attentes et respecte les législations en vigueur pour éviter de mauvaises surprises. En attendant, voici quelques tuyaux pour prendre le large différemment.

La co-navigation et le cobaturage pour les amateurs de nautisme

VogAvecMoi : cette plateforme de mise en relation a vu le jour en 2011 et se veut depuis une bourse aux équipiers en ligne pour les plaisanciers. Pour son créateur, Antoine Penot, l’idée « n’est pas de partager un trajet mais un bon moment de navigation ». Et la différence, par rapport aux formules uniquement mercantiles est significative. Avec VogAvecMoi, on ne loue pas un bateau et son skipper comme moyen de transport mais un projet de navigation ‘’ensemble’’, les co-navigateurs se choisissent par affinité et la participation est aux frais limitée.

Co-navigation-vogavecmoi

VogAvecMoi a cumulé en 6 ans d’existence quelque 38 600 inscrits et plus de 12 000 offres ou demandes d’embarquement. La plate-forme propose plusieurs types de navigation, voile loisir ou régate, pêche en mer et bateau à moteur. Les destinations possibles sont également très variés Méditerranée, Atlantique, Caraïbes, Océan indien, fleuves, lacs et canaux.

Cobaturage.fr ou Trip’N Boat en version anglaise est une plateforme communautaire plus récente, créée en 2014 par 2 jeunes Toulonnais. À l’instar du covoiturage, elle permet de profiter de sorties très variées, à la journée, sur plusieurs jours, en France et à l’étranger et les tarifs de participation sont affichés. Le site, décliné aussi sur application mobile revendique depuis sa création 100 000 utilisateurs et 5 300 sorties déjà effectuées.

Co-navigation-cobaturage

Pour les mordus de Bretagne, il existe la plate-forme Cobaturage.bzh initiée par une association à but non lucratif. L’intention est plus modeste mais elle est le fruit de passionnés qui ne souhaitent surfer que sur la vague de l’économie de partage.

D’un point de vue juridique, comme le covoiturage, le cobaturage doit répondre à quelques critères, dont le principal réside dans le fait qu’il ne soit pas pratiqué à titre lucratif mais uniquement dans l’esprit de partage de coûts. La frontière entre les 2 approches est mince, comme l’explique Actu Nautique mais la différence entre le cobaturage et la location pure de bateaux et skippers, elle très règlementée, tient au principe « qu’il y a cobaturage lorsque le trajet aurait, de toute façon, été réalisé par le plaisancier ‘’à vide’’. La logique du cobaturage est d'optimiser le taux d'occupation de son navire lors d'un trajet que l'on aurait entrepris, même seul ».

Co-navigation-cobaturage-bzh

Goûter à l’aviation privée avec le coavionnage

Par l’intermédiaire d’aéroclubs, directement avec des pilotes et maintenant les plateformes d’offres de trajet comme Coavmi ou Wingly ou, il est possible de partager un bout de cockpit (et les frais de vol) à titre de passager, pour un trajet, une balade aérienne, le survol d’une zone remarquable sur le même principe que le covoiture et le cobaturage. Plus question de se rendre dans les grands aéroports, grâce à cette formule, les sites de décollage et d’atterrissage sont plus nombreux et permettent presque de faire du porte à porte.

Pour éviter les dérives commerciales, le coavionnage dans l’Hexagone cherche de nouvelles limites juridiques mais pour l’instant la pratique reste conforme à la réglementation européenne.

coavionnage-coavmi

coavionnage-wingly

Le comoturage pour découvrir la ville et la route des vacances différemment

C’est l’été, il fait (presque) toujours beau et la ville peut se parcourir différemment à l’arrière d’une moto. C’est le principe du comoturage qui propose un conducteur et son deux-roues. Déjà pratiqué dans les très grandes agglomérations pour limiter les contraintes des embouteillages, le comoturage peut se décliner aussi en mode vacances pour rallier une destination touristique.

Quelques bonnes adresses si l’aventure vous tente : Mapool.co pour les trajets urbains uniquement, pour les petites et longues distances comoturage.com.

comoturage-vacances