Intégré à la galaxie Econocom depuis juin 2015, Alter Way est un spécialiste de l’open source qui propose, entre autres, des services d’infogérance à destination des grands comptes, pure-players, PME ou acteurs du secteur public. En juin 2016, Alter Way a annoncé le lancement d’une offre innovante de Container as a Service : le CaaS public. Développée sur Docker, une technologie libre visant à automatiser le déploiement d’applications dans des « conteneurs logiciels », cette solution permet de profiter d’une plus grande souplesse dans la gestion des pics d’activité et d’une meilleure scalabilité. Hervé Leclerc, directeur technique chez Alter Way, nous explique le fonctionnement de cette offre inédite.

skyscraper-1562045_1920_une

Fondé en 2006 par Véronique Torner et Philippe Montargès, Alter Way propose une offre articulée autour de quatre grands pôles : design (conception, ergonomie, UX design et accessibilité…), build (ingénierie et développement), run (infrastructures, hébergement, support logiciels libres…) et train (formations autour du numérique ouvert). Tous ces services sont mis en œuvre avec des technologies open source.

=> A lire aussi : « En intégrant la galaxie Econocom, Alter Way s’ouvre à de nouveaux horizons »

 

La révolution docker

On ne peut pas parler de CaaS sans parler de Docker. De quoi s’agit-il ?

Docker est une technologie open source récente (la première version date de 2013) qui représente l’avenir de la machine virtuelle (illusion d’un appareil informatique créée par un logiciel d’émulation afin de s’abstraire des caractéristiques d’un serveur physique).

Sur une machine virtuelle, on peut installer plusieurs services : une base de données, une application web… Tous ces logiciels dépendent de librairies système. Or, certains peuvent avoir besoin de versions différentes. Par exemple, la base de données peut avoir besoin de la version 1.2 d’une librairie tandis que l’application web utilisera la version 1.3 de cette même librairie. Il peut donc y avoir des problèmes d'incompatibilité lors d'une mise à jour de la librairie.

Docker permet d’embarquer les applications dans des conteneurs virtuels. Ces conteneurs font sauter toutes les dépendances grâce à une approche de compartimentation logicielle. Ainsi chaque service « conteneurisé » pourra évoluer de manière totalement indépendante.

C’est vraiment une nouvelle vision de l’informatique. Les applications sont morcelées en plusieurs petits services (microservices) : si un petit morceau ne marche pas, il suffit de le remplacer par une nouvelle version sans pour autant arrêter les autres services. Seul le service sera indisponible le temps de sa mise à jour. Docker permet donc de démultiplier le time to market (TTM) avec une logique de déploiement en continu.

Prenons un exemple : avant, quand on déployait une application de gestion des contenus, c’est elle qui faisait tout, comme par exemple le redimensionnement ou transformation des images. Par conséquent, quand on avait un bug avec les images, on devait relivrer toute l’application, avec l’interruption de services que cela implique. Avec le découpage en microservices, on a un service pour la gestion des contenus en eux-mêmes et un autre pour les images. Si ce dernier ne marche pas bien, l’application continue de fonctionner.

Docker est le catalyseur d’une nouvelle façon de penser les applications et permet de gérer plus facilement la scalabilité. Là où on était obligé de démarrer des machines virtuelles, avec Docker, on démarre simplement des containers. Et, pour ce faire, pas besoin d’envoyer un ticket à l’IT : le client est vraiment responsable de son infrastructure.

Docker, c’est le système d’exploitation de demain et nous l’avons bien compris, puisqu’Alter Way est un partenaire Docker depuis 2014, à la fois pour le conseil et la formation.

 

Regrouper plusieurs instances docker sur un même serveur

En quoi l’offre CaaS public proposée par Alter Way est-elle innovante ?

Dans une architecture Docker « classique », deux entreprises ne peuvent pas partager un même serveur Docker puisque quelqu’un qui a accès à un serveur Docker a accès à tous les services qui tournent dessus. Autrement dit, une entreprise qui met ses conteneurs Docker sur un serveur verra les conteneurs des entreprises présentes sur le même serveur.

Jusqu’à présent, il fallait donc fournir des serveurs entiers à des clients qui n’en avaient pas forcément besoin. Avec notre offre de CaaS public, nous donnons aujourd’hui la possibilité de regrouper plusieurs instances Docker sur un même serveur tout en gérant une isolation parfaite entre les conteneurs. Concrètement, cela veut dire que plusieurs entreprises peuvent utiliser ces instances de manière totalement sécurisée et isolée… Ce qui est évidemment intéressant en termes de coût.

Tous les acteurs du cloud, VMware, Microsoft Azure ou Amazon Web Services, proposent des offres de Container as a Service (CaaS) qu’ils déclinent sur des machines virtuelles. Notre particularité c’est que, contrairement à eux, nous ne facturons pas la consommation d’une machine virtuelle mais la consommation d’un service.

Toute l’intelligence d’Alter Way a été mise à contribution pour arriver à ce résultat. Cela reprend un peu les principes de la virtualisation : un serveur physique avec, dessus, un hyperviseur qui permet de mettre en place des machines virtuelles isolées les unes des autres. Nous pouvons donc orchestrer la ventilation des conteneurs sur les serveurs Docker et faire des migrations « à chaud » pour optimiser les ressources.

 

PLus de souplesse et de résilience… moins cher

Quels sont les bénéfices pour les entreprises ?

Avant, quand un client voulait faire du Docker, il était obligé de souscrire une offre lui permettant de profiter de machines virtuelles sur lesquelles il pouvait installer ses conteneurs. Autrement dit, il achetait une ressource immuable, avec une certaine capacité de mémoire et un CPU défini, et devait payer l’hébergement et la maintenance. Au final, il était facturé au mois, même si ses services ne tournaient que de temps en temps.

Notre offre nous permet de facturer équitablement en nous fondant sur l’utilisation réelle du CPU et de la RAM. C’est très pratique pour les campagnes évènementielles qui génèrent des débordements en termes d’activité, mais aussi pour les start-up puisque le client peut construire et tester sa plateforme en continu. Par ailleurs, grâce à la portabilité de Docker, il pourra ensuite la déployer où il veut, sur Microsoft Azure ou Amazon Web Services par exemple : la solution n’est pas adhérente au cloud sous-jacent.

L’avantage est double : côté hébergeur, nous pouvons massifier les services en ayant plusieurs instances sur un même serveur, tandis que nos clients bénéficient d’un environnement complètement sécurisé et d’un prix plus juste, puisqu’on ne facture qu’à la ressource consommée, au moment où le conteneur s’exécute.

 

Lancement de la beta en septembre 2016

Comment est née cette offre ?

Pour nous, c’est une évolution de l’IT. Avant, nous n’avions que des serveurs physiques, sur lesquels nous mettions un seul service, une base de données, par exemple. Plus tard, afin de mettre plus de choses sur les serveurs, on a créé les machines virtuelles, qui permettent d’exécuter plusieurs services de manière indépendante. C’est pour éviter de consommer trop de ressources que nous avons décidé de faire de la virtualisation au niveau des conteneurs Docker.

Nous recevons souvent les appels de start-up qui souhaitent que nous les accompagnions dans la durée et qui veulent démarrer dans un environnement de production résilient, mais à coût faible. Cette offre de CaaS public leur permet de modéliser leur infrastructure pour un prix qui peut être inférieur à celui d’une machine virtuelle. Et, plus tard, elles pourront déplacer leurs conteneurs si elles le souhaitent.

Chez Alter Way, nous avons une véritable volonté d’innovation par rapport aux technologies open source émergentes. Nous avons une vision à 360, nos consultants sont formés à appréhender les contraintes d’infrastructure et nos développeurs discutent tous les jours avec les gens qui opèrent les plateformes. C’est ce qui nous différencie d’un pur hébergeur. En fait, le déploiement de cette offre CaaS public est une véritable extension de notre savoir-faire.

L’offre CaaS public d’Alter Way sera déployée à partir de septembre 2016. Pour vous inscrire à la version bêta, cliquez-ici.