Les smartphones ne quittent plus les consommateurs. Selon la Fevad, la moitié des utilisateurs consultent leur smartphone en magasin pour optimiser leurs achats. En rayon, ils se renseignent, cherchent un avis, comparent un prix ou même payent un article sans passer par un vendeur. En caisse certains modèles de smartphones remplacent les cartes bancaires. Les deux mondes du retail et du m-commerce sont définitivement reliés et le commerce sur mobile tire le e-commerce.

mobile-magasin_une

Le smartphone est désormais incontournable dans les magasins, 53% des mobinautes ont déjà utilisé leur smartphone en magasin, parmi eux 23% pour comparer un prix avec celui des concurrents, ou encore 20% pour prendre une photo et la partager (Observatoire du Consommateur Connecté). « Le smartphone n’est pas uniquement un support d’achat en ligne : les internautes s’en servent aussi sur un point de vente pour se renseigner sur un produit, comparer les prix, ou partager des informations»,  souligne Bertrand Krug, directeur adjoint de Médiamétrie//NetRatings. Les écrans sont intégrés dans le parcours client en magasin. « Les cyberacheteurs sont désormais multicanaux à toutes les étapes de leurs achats sur internet, de la préparation à la livraison, ils profitent de toutes les possibilités proposées », explique Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. « Le smartphone joue un rôle essentiel dans le développement de ces nouveaux comportements des consommateurs et contribue ainsi à accélérer la disparition des frontières entre le commerce physique et internet ».

mobile-magasin-2

Le mobile a donc un vrai intérêt en magasin pour les consommateurs. Il encourage la décision d’achat grâce aux renseignements qu’il peut donner en temps réel.

Les smartphones plus forts que les tablettes

smartphone-vs-tablettes

La part des ventes mobile sur smartphone a dépassé celle sur tablette. Que ce soit à la maison ou dehors, les consommateurs achètent davantage sur leur téléphone. Toujours sur eux, le smartphone est une boutique ouverte 24h/24, 7J/7 où qu’il soit tant qu’il est connecté.

D’après le baromètre « Performance Mobile zanox », réalisé à partir de 4300 programmes d’annonceurs sur 11 marchés internationaux :

  • Les smartphones dépassent les tablettes en termes de ventes mobiles pour la première fois, 17% via smartphones vs 13% via tablettes
  • 55% d’augmentation des ventes via smartphones, représentant désormais 1 vente sur 6 sur le panel du baromètre Zanox
  • 30% de toutes les transactions du réseau sont générées via smartphones et tablettes
  • Apple domine en Europe du Nord, tandis qu’Android est préféré en Europe du sud.

 evolution-vente-sur-mobiles

Le m-commerce tire le e-commerce

Les ventes sur mobiles ont progressé de 79% en 2015 avec des pics de croissance en fin d’année.

En France, d’après le dernier rapport semestriel sur le commerce mobile de Critéo, basé sur  l’analyse de 1,7 milliards de transactions électroniques individuelles, les e-marchands ont vu la part de leurs transactions effectuées sur mobile progresser de 32% en un an, pour atteindre 27% au deuxième trimestre 2016. Le sport et le luxe sont en tête des ventes avec une croissance respective de 18 et 21%. Plus de 55% du volume des transactions sont effectuées sur mobile en France, dont 54% via des applications. Les applications affichent un taux de rétention des nouveaux utilisateurs 2 fois plus élevé, ainsi qu’un taux de conversion 3 fois plus élevé, que l’Internet mobile.

transaction_ecommerce

Malgré cela les visites en magasin sont toujours des valeurs sûres. D’après la Fevad 52% des cyberacheteurs se sont préalablement rendus dans une enseigne physique avant d’acheter en ligne. A l’inverse, près de 7 acheteurs en magasin sur 10 (69%) se sont renseignés sur Internet avant d’effectuer leur achat. Voir et essayer un article avant de l’acheter reste la première raison d’achat en magasin plutôt que sur Internet. Un frein au m-commerce en partie comblé par la facilité des retours. Plus de 39% des cyberacheteurs ont déjà retourné un produit (+3 points par rapport à 2015) et 12% ont déjà acheté plusieurs tailles/modèles et retourné ceux qui leur convenaient le moins. Les achats sur mobiles entrent d’ailleurs dans le cadre de la vente par correspondance et bénéficient de 14 jours de délais de retour, à compter de la livraison, contrairement aux ventes en magasin où les retours dépendent de chaque enseigne. Un véritable avantage pour les mobinautes qui achètent.

La croissance de l'e-commerce semble donc désormais principalement tirée par le m-commerce. Le commerce mobile représentait 10% du e-commerce en 2015 (Fevad), en 2016, Renaud Menerat, président de l'agence de création d'interfaces mobiles UserADgents estime qu'on en est déjà à 25%. « Sur mobile, la croissance du chiffre d'affaires est de 40% par an, contre 10 à 15% dans le meilleurs des cas pour l'e-commerce au global. Donc la tendance est claire: c'est sur le m-commerce que les marchands vont trouver leur relais de croissance, et donc concentrer leurs investissements », explique-t-il à l’Expansion.

Sources : MédiamétrieL’ExpansionEcran Mobile mobinauteEcran Mobile mcommerceLe blog du modérateur