Produits et services, acteurs, impact économique, recommandations, l’étude du Syntec révèle les enjeux du secteur.

Des actes de télémédecine aux services à distance
Coordonnée par le comité Santé du Syntec Numérique, l’étude intitulée “Télémédecine 2020” a été publiée en 2011 et réalisée avec le concours d’une trentaine d’organisations. Orientée « usages et technologies de l’information au service des nouvelles organisations de soins », comme le précise Pierre Leurent, président du groupe de travail sur le sujet, elle pose dans un premier temps les termes du cadre réglementaire de la télémédecine en France et de ses 5 champs d’application :

  • Téléconsultation, consultation d’un professionnel médical à distance par un patient
  • Télésurveillance médicale, interprétation à distance de données nécessaires au suivi médical d’un professionnel médical
  • Télé-expertise, demande à distance d’un médecin de l’avis de confrères,
  • Téléassistance, assistance à distance d’un médecin pour d’autre professionnel de santé au cours de la réalisation d’un acte,
  • Télérégulation : réponse médicale apportée dans le cadre de la régulation médicale des urgences ou de la permanence des soins.

Produits et services
Dans un 2e volet, cette étude fait le point sur tous les technologies impliquées dans le secteur, structurées en 3 grands ensembles d’expertises et la répartition entre les différents acteurs impliqués :

  • 1 – Télémédecine :
    • Logiciels destinés aux solutions de télémédecine (ex : applicatifsd’analyse de données de santé, applicatifs d’aide à la décision, systèmes d’alerte, applicatifs d’accompagnement à l’auto-gestion de sa santé)
    • Équipements de visioconférence
    • Dispositifs médicaux communicants, et matériel informatique associé
    • Prestations d’intégration de ces équipements et de conseil informatique
    • Prestations de services de télémédecine (ex : plate-forme de suivi à distance, prestations de conseil, services de soinsà distance)
    • Prestations d’évaluation des solutions de télémédecine
  • 2 -Télésanté
    • Dossiers médicaux partagés
    • Infrastructures des réseaux de santé
    • Prestations de services d’hébergement des données
    • Infrastructures de télécommunications
    • Prestations d’intégration de ces équipements et de conseil informatique
  • 3 – Informatisation du système de santé français
    • SI hospitaliers
    • SI destinés aux professionnels de santé
    • Prestations de services d’archivage des données de santé
    • Prestations de services visant à garantir l’interopérabilité des SI
© Syntec Numérique

© Syntec Numérique

Impact économique et emploi, perspectives
En répertoriant quelque 200 entreprises de la télésanté en France dont une quarantaine d’acteurs majeurs, filiales françaises de groupes internationaux ou PME, l’étude du Syntec a mis en avant, le C.A. de certaines d’entre-elles : de 700 000 à 5 millions d’euros annuels, de 10 à 15 millions d’euros pour l’activité des éditeurs de logiciels.

Le poids de ce secteur représenterait d’ici 2015, selon le Syntec entre 160 à 300 millions d’euros.

Le marché de l’emploi de la télémédecine représentait en 2011 de 1500 à 2000 emplois en France et sa croissance évaluée ente + 13 % et 28 % annuel d’ici la fin de la décennie.