Initiée par les gouvernements et collectivités, l’ouverture de jeux de données publiques brutes a pour vocation la structuration d’informations et le développement d’applications d’utilité publique.

Qu’est-ce qu’une donnée publique ?
Les données publiques sont les données collectées par les organismes publics (gouvernements, collectivités locales) à caractère non sensibles, respectant la vie privée (donc non nominatives, ne mentionnant pas d’antécédent judiciaire ou d’information médicale, etc.) et ne portant pas atteinte à la sécurité de l’État.

Quelles sont les caractéristiques des jeux de données ouvertes ?
Sur la base des principes définis en 2007 par un groupe de travail américain  l’Open Government Data, les données ouvertes se doivent d’être : complètes, brutes, opportunes (disponibles rapidement et mises à jour), accessibles au plus grand nombre, exploitables par traitement informatique, non discriminatoires, non propriétaires par leur format et libres de droits.

En 2009, le World Wide Web Consortium (W3C) a publié ses premières recommandations en termes de standards et de méthodologie pour la publication des données publiques.

Quelles sont les données concernées ?
Elles sont multiples et peuvent s’appliquer à la description d’un territoire (plan, cadastre, développement urbain), aux décisions publiques (projet, budget, subvention), aux services des collectivités (établissement d’enseignement, localisation et horaires de services, des transports collectifs et de commerces), aux mesures (circulation, pollution, environnement, tourisme, etc.).

L’Open Data, vecteur de services innovants
Mouvement admis comme contribuant à plus de transparence de la vie publique, donc à plus de démocratie, l’Open Data est envisagé comme un nouveau canal de communication entre administrations et citoyens. Favorisés par la généralisation de l’accès à Internet, des terminaux mobiles et de la géolocalisation, les jeux de données brutes sont utilisés par des développeurs informatiques pour leur donner du sens, les rendre lisibles par le biais applications web ou mobiles, pratiques et grand public. Selon la Fing, « les données les plus demandées, en France et à l’étranger, concernent la mobilité et les transports ».

Pour en savoir plus
> L’Open Data à la loupe, une bonne synthèse vidéo réalisée par LiberTIC

> Comment parler des données ouvertes à des non-développeurs, par la Fing