La dématérialisation des titres de transport et de la billettique NFC en général est dans l’air du temps. Celle du ticket de métro pour l’Ile-de-France envisagée par le Stif et la Présidente de Région Valérie Pécresse impose un petit coup de projecteur sur les différents cas d’usage et les solutions de ticket sans contact déjà existantes.

dématérialisation-métro_un

Il est loin le temps du Poinçonneur des Lilas et de ses petits trous, célébré par la chanson de Serge Gainsbourg en 1958. Après les bornes-tourniquets, les Franciliens vont devoir se faire à l’idée d’abandonner les tickets à bande magnétique et cartes Navigo pour  vivre avec un Smart Navigo dans leur téléphone mobile.

Valérie Pécresse a en effet annoncé ses ambitions pour la modernisation des transports de la Région et le développement de services numériques pour les usagers. Elle a aussi détaillé au JDD les différentes étapes de ce projet de dématérialisation du titre de transport, une  « révolution » dont le but est « d’améliorer la vie quotidienne » des usagers. Ce projet sera discuté début juin par le Stif, Syndicat des Transports d’Ile-de-France qui avait déjà émis des recommandations allant dans ce sens en début d’année.

2016 et 2018 seront 2 grandes étapes du dispositif. Dans un premier temps, une plate-forme permettra dès cette année de créer un compte client Navigo, de recharger en ligne son passe et une carte Imagine R. À partir de 2018 débutera la mise en place des forfaits dématérialisés sur smartphones NFC (pour Near Field Communication), grâce à l’extension des fonctionnalités de l’application Vianavigo.

Avec la volonté de faire de l’Ile-de-France une « smart région… avec un porte-monnaie transport», d’autres utilisations du Smart Navigo sont déjà envisagées : paiement de parking, Vélib, Autolib’, voire même d’accéder, entre autres, à des services de covoiturage.

Pour les touristes et autres usagers occasionnels ou les utilisateurs de téléphones mobiles non compatibles NFC, le relais sera assuré par 2 procédés distincts. Le premier a trait à la validation de trajets par carte bancaire sans contact, mis en expérimentation d’ici 2 ans. Le second, une fois l’ensemble du dispositif déployé, prendra la forme d’un montant chargé sur une application Navigo temporaire et anonyme avec débit de chaque trajet effectué.

Après les QR Code, le NFC au service des billets dématérialisés

L’initiative en Ile-de-France est dans le prolongement de la vague du e-ticketing déjà ancré dans les mœurs, pour les billets de spectacle, d’avion, de train avec l’utilisation des QR Code.

La généralisation des téléphones mobiles et cartes bancaires NFC est une nouvelle avancée technologique pour la billettique en général et les paiements directs dans les transports urbains. La consommation de  titres de transport ‘‘Pay as you go’’ a par exemple été mise en œuvre à Londres pour l’ensemble du réseau train, métro, tram, bus et navette aéroport en 2014 sur la base de la carte bancaire NFC. Ce mode d’achat représentait fin 2015 25% des tickets à l’unité. Le paiement NFC via smartphones est aussi en test depuis 2011 et 2013 dans des villes comme Barcelone ou en France, à Nice, Caen, Strasbourg ou Grenoble (en image ci-dessous).

dématérialisation-paiement-NFC-grenoble

La mobilité sans contact, un marché très prometteur

Bien avant ce projet, Paybyphone s’est positionnée comme pionnière de la mobilité sans contact. L’entreprise est axée sur le paiement de stationnement, location de vélo, autopartage, taxi à Paris et recharge pour véhicule électrique. Paybyphone  est déjà implantée dans 140 villes de France mais aussi aux USA, au Canada et au Royaume-Uni.

Et le marché du ticketing dématérialisé à de beaux jours devant lui. Selon les prévisions de l’institut d’analyse Smart Insights, au niveau mondial, ce marché de la mobilité sans contact devrait connaître un taux de croissance de 51% d’ici 2020. De quoi motiver de nouvelles initiatives.